Cortège unitaire des libertaires et antifascistes le 1er mai à Toulouse

Publié le Mis à jour le

1erMai,convergence des mouvements sociaux pour gagner toutes et tous ensemble!

Depuis 6 mois, les gilets jaunes battant le pavé tous les samedis font face à une violence démesurée. L’État lâche ses chiens de gardes sans aucune retenue pour faire taire la colère à grand coup de lacrymo et de LBD40.Depuis novembre dernier on dénombre plus de 2500 blessé·e·s chez les gilets jaunes, dont des dizaines d’éborgnés et 5mains arrachées par les grenade GLI-F4.Mais le bilan ne s’arrête pas là. 11 personnes ont déjà trouvé la mort sur les rond-points, fauchées par des chauffards ou dans des accidents de la route. Parmi tout·e·s ces mort·e·s de ce conflit social,il faut citer Zineb Redouane, tuée par la police après avoir reçu une grenade lacrymogène en pleine tête dans son appartement à Marseille. S’ajoute à ça près d’une dizaine de milliers de gardes à vue et des sanctions pénales lourdes et expéditives avec, pour certain·e·s, de la prison ferme.Les journalistes et photographes sont pris·e·s pour cible car la liberté de manifester est mise à mal ainsi que la liberté d’informer.La plupart des revendications portées par ce mouvement social inédit ne sont pas nouvelles et rejoignent celles que des organisations syndicales et des as-sociations de lutte réclament depuis des années : justice sociale et fiscale, fin des privilèges de la classe dirigeante et de l’impunité policière, augmentation des salaires et des pensions, prise en compte des désastres écologiques et fin du capitalisme. D’autres revendications nouvelles comme le RIC, la prise en compte du vote blanc ou le vote obligatoire, la sortie de l’Union Européenne sont souvent reprises à leur compte parles partis politiques, les groupuscules d’extrême droite, voire par le gouverne-ment pour légitimer leur réponse au mouvement social.Partout dans le monde (Algérie, Soudan,Brésil, Venezuela, Yémen, Hongrie…) la colère gronde ! Avec des grèves et des manifestations à répétition, toujours ré-primées avec une extrême par violence les gouvernements.Le 1er Mai est une journée internationale qui commémore les luttes des travailleur·euse·s, chômeur·euse·s et précaires pour une vie meilleure.Elle puise ses origines dans le mouvement révolutionnaire et anarchiste ainsi elle résonne avec une véritable quête d’émancipation et de liberté.
Et nos revendications n’ont pas changé :

•Fin de l’exploitation et réappropriation des moyens de production par celles et ceux qui produisent
•Fin de toutes les oppressions : sexistes,racistes, LGBTQI-phobes, de classe ou de genre
•Fin de l’État et autogestion de la société par celles et ceux qui la font

•Pour une révolution sociale permettant de créer une société égalitaire débarrassée des privilèges d’une minorité leur permettant d’exploiter la majorité et la planète!

C’est pourquoi la Coordination des Groupes Anarchistes, la Confédération Nationale du Travail, l’Union Antifasciste Toulousaine et Alternative Libertaire appelons l’ensemble des composantes révolutionnaires du mouvement social à rejoindre la manifestation du 1er mai prochain.Unissons-nous contre le patriarcat, le fascisme, le capitalisme, l’État et ses institutions, révolution sociale!

Tous et toutes ensemble pour un 1er Mai combatif révolutionnaire

Publicités

Antifa, une histoire du mouvement antifasciste allemand

Publié le

Rendez vous dimanche 28 avril, 15h au chat noir (33 rue Antoine Puget) pour la présentation du livre : Antifa, une histoire du mouvement antifasciste allemand.

    L’été dernier, La Horde s’est associée aux éditions Libertalia pour traduire en français et publier l’ouvrage de Bernd Langer qui retrace l’histoire des années 1920 à nos jours du mouvement antifasciste allemand, qui est et a été une source d’inspiration pour de nombreux mouvements antifascistes à travers le monde.

Bernd Langer est un militant de longue date et un artiste engagé, qui a entre autres choses redessiné le fameux logo aux deux drapeaux utilisé aujourd’hui par les antifascistes du monde entier, et réalisé de nombreuses affiches et visuels pour différents groupes antifascistes. Convaincu que les militant.es doivent écrire leur histoire, Bernd Langer raconte dans son livre un siècle d’antifascisme allemand sans mythification ni dénigrement pour donner des clés à ceux et celles qui veulent comprendre comment s’est construit ce mouvement.

La présentation, qui aura lieu au Chat noir le dimanche 28 avril à partir de 15h, s’appuiera sur un diaporama présentant différents documents, souvent différents de ceux présents dans le livre. Pour l’auteur ce type d’ interventions, à la fois sur l’histoire de l’antifascisme et sur celle du mouvement révolutionnaire allemand, font partie de son militantisme. Son intervention, en allemand, sera traduite par Sarah, la camarade de la Horde qui a traduit le livre. Pour les échanges qui suivront, les questions pourront être posées en allemand directement à Bernd, ou traduites par Sarah. Enfin, Bernd fera le déplacement avec quelques affiches et sérigraphies qu’il a réalisées, et proposées à la vente après le débat.

COMMUNIQUE : Pas touche à l’assurance chômage !

Publié le

A l’appel du collectif qui regroupe : 

Coordination des Intermittent-es et Précaires Midi-Pyr. (CIP-MP), des Gilets jaunes chômeurs-es et précaires,  Act’Up, CGT chômeurs et précaires, SUD culture Solidaire 31, DAL (Droit Au Logement),

 Mouvement National de Chômeurs et Précaires (MNCP) et avec le soutien de  SUD Pôle Emploi, CGT Pôle Emploi, SNU Pôle Emploi FSU 
Après l’échec des négociations de l’Assurance Chômage-UNEDIC, syndicats et patronat ne s’étant pas mis d’accord,  le gouvernement doit reprendre la main pour imposer les 3,9 milliards d’économie qu’il souhaite faire sur le dos des chômeurs-es. Parce que NOUS NE L’ACCEPTONS PAS, à Toulouse nous AVONS OCCUPE et MANIFESTE ces dernières semaines :  le 22 février / ACTE I l’agence Occitane (occupation), 

le 1er Mars / ACTE II l’agence de Jolimont (occupation), 

le 4 mars / ACTE III l’agence de Bellefontaine (occupation),  

le 11 mars / ACTE IV l’agence de St-Michel (occupation)le 14 mars / ACTE V, le Salon du TAF au Parc des Expositions de Toulouse (manifestation)
le 18 mars / Acte VI, les locaux de TINGARI (ex-INGEUS), sous-traitant de Pôle emploi (occupation)                                                                                                                           le 28 mars / Acte VII,  manifestation devant l’agence de Borderouge protégée par la police
le 12 avril / Acte VIII manifestation devant la  Direction régionale de Pôle Emploi

Des actions de ce type ont aussi lieu dans de nombreuses autres villes portées par des collectifs avec qui nous sommes en lien.  Parce qu’on en a marre  des diktats du MEDEF et du gouvernement qui au nom du profit et de la rentabilité  organisent la précarité et jettent à la rue des centaines de milliers de personnes, NOUS, chômeurs-es, précaires, intérimaires, intermittent-es en lutte et salarié-es, déterminé-es, appelons à une nouvelle action :
Acte IX « Retour aux sources »VENDREDI 19 AVRILRDV 10H devant le Théâtre de la Cité (TNT) – Toulouse
Soyons nombreux :  
– contre le décret de la honte du 28/12/18 aggravant les sanctions et les radiations des demandeurs d’emploi- contre la lettre de cadrage du gouvernement imposant 3,9 milliards d’économies sur le dos des chômeurs-es et des précaires- contre les suppressions de nos cotisations – partie mutualisée – de nos salaires et la mise sous tutelle de l’assurance chômage (Unédic)  par l’Etat  Nous exigeons l’arrêt des contrôles, des radiations et l’indemnisation de tou.tes les chômeurs-es (minimum SMIC) 
A TRAVAIL DISCONTINU, SALAIRE CONTINU POUR TOUTES ET TOUS !NOS ACTIONS NE CONNAITRONT PAS DE PAUSE !

Par quoi remplacer cette société

Image Publié le Mis à jour le

Non, le capitalisme n’est pas un horizon indépassable. Non, la « démocratie » indirecte n’est pas « le meilleur système possible ».

Pour changer la société, il faut des luttes collectives… mais il faut également un projet. Celui-ci doit tirer le bilan de l’échec du capitalisme comme du communisme stalinien, qui n’ont jamais apporté l’émancipation, la liberté, la justice sociale. Dissipons un malentendu  : RIC ou non, il ne peut y avoir de démocratie authentique dans le cadre du capitalisme.

Pourquoi  ? Parce que celui-ci place le champ économique «  hors démocratie  », entre les mains du marché et d’une minorité privilégiée, non élue, au pouvoir héréditaire. Il ne peut y avoir de démocratie que contre le capitalisme.

Observatoire toulousain des Pratiques policières ! Communiqué de presse 26 mars 2019.

Publié le

  • l’OPP, Observatoire Toulousain des Pratiques Policières COMMUNIQUÉ : Manifestation du samedi 23 mars attaquée par les policiers et observateur-e-s de l’Observatoire toulousain des Pratiques Policières en danger !
  • La manifestation du samedi 23 mars attaquée par les policiers. Lors de cette manifestation, les observateur-e-s de l’OPP, comme de nombreux et nombreuse s manifestant-e-s ainsi que plusieurs journalistes et reporters ont!constaté, photographié et filmé le cortège lorsqu’il a été littéralement attaqué, à 14h50, par les policiers des CSI et des BAC dans la rue de Metz. Cette manifestation, non déclarée mais qui n’était pas interdite, se déroulait jusqu’alors dans une ambiance festive et joyeuse . Alors qu ’aucun geste ni action menaçante envers les forces de l’ordre présentes n’étaient constatés, ces dernières ont pénétré au cœur du cortège pour confisquer une banderole… Ils ont à cette occasion bousculé et frappé violemment des manifestant-e-s avec des matraques. Face à cette véritable agression, les manifestant-e-s, pacifiques, d’abord sidéré-e-s, ont protesté verbalement contre cette intrusion extrêmement violente. Les! policiers se sont repliés en utilisant des grenades lacrymogènes et des gazeuses à!main. Ceci a donné le signal d’une fin d’après-midi et d’une soirée durant lesquelles les différentes unités de police et de gendarmerie ont utilisé la force, en particulier des grenadages massifs, sans discernement dans plusieurs endroits de Toulouse allant même jusqu’à pourchasser les manifestant-e-s dans!des petites rues. Des scènes de matraquage violent de manifestant-e-s dans une impasse ont été filmées et seront intégrées dans le rapport que rendra public l’Observatoire des Pratiques Policières le 17 avril lors d’une conférence de presse suivie d’une réunion publique. Les observateur-e-s de l’Observatoire toulousain des Pratiques Policières en danger. Depuis le début de la séquence «Gilets!jaunes», les observateur-es ont été régulièrement la cible de policier-e-s. Au-delà des aspects verbaux récurrents, insultes et remarques douteuses, la liste des faits notables et prouvables commence à être longue: blessure au front de notre ami Jérôme Dupeyrat lors de la manifestation!du 2 février!2019; grenades lacrymogènes jetées à la main sur les observateur-es alors que ceux et celles-ci étaient isolé-e-s et très clairement identifiables; observateur-e-s clairement visés par les LBD; observateur-es pris-e-s, par deux fois, dans le rayon d’action des engins lanceurs d’eau en fonctionnement alors que ceux et celles-ci étaient, clairement identifiables et largement isolé – e-s des manifestant-e-s; observateur-e-s plusieurs fois bousculé-e-s par derrière, donc avec le sigle Observateur-es de leur chasuble bien visible; observateur-e-s menaçé-e-s verbalement et physiquement par des policier-e-s avec coups de matraque sur les appareils photos.
  • Il est aujourd’hui incontestable que les observateur-e-s sont, en tant que tel-le-s, pris-e-s pour cible par certains policiers. Sachant que la situation ne semble pas aller vers une baisse de tension dans le déroulement des manifestations, nous demandons fermement que les forces de police et de gendarmerie respectent l’intégrité physique des observateu r-e-s et aient un comportement en accord avec le code de déontologie de leurs professions; comme ce la devrait d’ailleurs être le cas en ce qui concerne les manifestant-e-s eux-mêmes… Nous rappelons que les observateur-e-s ne sont pas!des manifestant-e-s, que leur présence est systématiquement annoncée à l’avance aux services de la Préfecture et!à la DDSP, qu’ils/elles se positionnent toujours, sauf pour des raisons liées au déroulement et à l’organisation, souvent complexes, de leurs observations, en marge du cortège (ou bien de ce qu’il en reste) et des forces de l’ordre. Après deux années de présence sur le terrain et près de 50 manifestations observées, la présence des observateur-e-s, clairement identifiables par leurs chasubles bleues et jaunes siglées, fait partie intégrante, pour les policier-e-s comme pour les manifestant-e-s,du paysage des manifestations! toulousaines. Il ne peut donc être avancé le fait que les observateur-e-s soient simplement pris- e-s dans la tourmente des affrontements entre manifestant-e-s et forces de l’ordre. Enfin, l’observatoire a pu constater, pendant l’acte 19, qu’à plusieurs reprises les street médics ont été visés par des jets de divers projectiles lancés par les policiers et gendarmes dans leur direction alors qu’ils se trouvaient à des endroits ne présentant aucun danger pour les forces de l’ordre.
  • Fait à Toulouse, le 26 mars 2019

Invitation « la Dérive »

Publié le

Le Vendredi 5 avril à 18h à La Chapelle 36 rue Danièle Casanova

La dérive vous invite à un débat sur le thème suivant :Proche-Orient : sociétés, communautés, construction (ou non) d’une nation, construction (ou non) d’un Etat. L’échange aura lieu avec Nadine Picadou

A l’occasion du nouvel an kurde

Publié le

« Le CDK Toulouse (le Centre de la Communauté Démocratique Kurde de Toulouse) organise le Newroz 2019 le samedi 23 mars à la place d‘Olivier dans le quartier St-Cyprien à partir de 18 heure 30
Avec le slogan : Brisons l’isolement, Renversons le fascisme et Libérons le Kurdistan.
Venez nombreux pour soutenir les grévistes de la faim, notamment Leyla Güven, la députée kurde du HDP ( le parti Démocratique des Peuples) en grève de la faim depuis 8 novembre 2018
VIVE LE NEWROZ
JIN, JIYAN,AZADI »