International

La FOB à la Chapelle

Image Publié le

Journée mondiale de mobilisation pour le Kurdistan Syrien

Publié le

Solidarité avec la Résistance kurde !


Erdogan assassin ! Russie et OTAN complices !
Depuis le 9 octobre, le gouvernement turc mène une offensive militaire contre le Rojava (l’« ouest » du Kurdistan),
le nord-est de la Syrie. Il s’appuie sur des milices fascistes issues des rangs de l’extrême droite islamiste.
Les bombardements, exactions et exécutions sommaires (tel le féminicide barbare de Hevren Khalaf, la présidente du Parti du Futur syrien) ont déjà provoqué la mort de plus de 700 personnes et l’exode de plus de 300 000 personnes. Cette offensive de purification ethnique a permis à Daech de libérer des centaines de ses combattants et d’envisager sa réorganisation dans une zone débarrassée de ses adversaires les plus efficaces, les Forces Démocratiques Syriennes (les FDS).
Depuis le début de la guerre civile syrienne, le Rojava a pourtant été un refuge pour toutes les populations syriennes menacées. Mais il a surtout été le centre de gravité de l’offensive contre Daech. Depuis 2013, 11 000 combattantes et combattantes des YPG/YPJ kurdes (Unités de Défense du Peuple et des Femmes) et des FDS (organisation multi-ethnique) se sont sacrifié.e.s pour reprendre des centaines de villages et de villes
tenus par les djihadistes. Les gouvernements européens et nord-américain les ont utilisés comme fantassins pour les combats au sol… pour aujourd’hui les abandonner au dictateur turc Erdogan.
La Résistance du Rojava est sommée d’évacuer la zone frontière sur 30 kilomètres de profondeur, pour éviter un génocide. Elle se bat avec courage, mais seule, trahie par les chefs des grandes puissances internationales, la Russie de Poutine et l’OTAN (les États-Unis de Trump et l’Union européenne de Juncker et Macron) qui reconnaissent à « la Turquie » son « droit légitime à se défendre contre le terrorisme » du PKK et du PYD, le
Parti des Travailleurs du Kurdistan de Turquie et le Parti de l’Union Démocratique de Syrie.
Mensonge ! Aucune attaque contre la Turquie n’a eu lieu à partir du territoire du Rojava. Erdogan a envahi le Rojava, territoire syrien, en violation des lois internationales de la guerre. Erdogan est un criminel de guerre. Et le pire, c’est qu’il s’en prend à celles et ceux qui ont été aux avant-postes du combat pour les libertés de l’humanité lors des combats de Shengal, Kobanê, Manbij, Rakka et Deir Ez-Zor pour en chasser Daech.
Ainsi les dirigeants des États-Unis et de l’Union européenne, soi-disant les « alliés » des YPG/YPJ contre Daech, ont laissé faire Erdogan, qui a soutenu et financé Daech tout au long de ces six dernières années.
La Résistance kurde n’a qu’un seul allié : la solidarité internationale des peuples.
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Le Kurdistan, lieu de passage des populations depuis des millénaires, est un lieu d’accueil et de brassage des cultures. Il est le lien entre l’Occident et l’Orient. Le traité de Lausanne (1923) a divisé le Kurdistan en quatre entités étatiques (Turquie [Nord-Kurdistan], Iran [Est-Kurdistan], Irak [Sud-Kurdistan], Syrie [Ouest-Kurdistan ou
Rojava]). Niés dans leur existence, persécutés, les Kurdes résistent depuis un siècle et élaborent progressivement des réponses d’une grande modernité pour trouver une issue au conflit avec les quatre États-nations patriarcaux qui les oppriment et faire reconnaître leurs droits politiques et culturels sur la scène internationale.
La Charte du Rojava, fondée sur le principe du « confédéralisme démocratique », intègre les valeurs d’égalité entre les femmes et les hommes, elle se construit autour des comités locaux, elle prend en compte la diversité ethnique et religieuse. L’économie y est fondée sur les coopératives, l’initiative des femmes.
Cette politique démocratique, laïque, féministe, autogestionnaire et internationaliste se prolonge au Nord-
Kurdistan par une mobilisation populaire pour l’auto-gouvernement des communes et cantons du sud-est de la Turquie. Le gouvernement fasciste de l’Etat turc y répond par une répression et des massacres de masse sous prétexte d’« éradiquer » le PKK, classé dans la liste des organisations terroristes de la Turquie, des États-Unis et de l’Union européenne. Un contre-sens total de Trump, Juncker et Macron.
Erdogan refuse de libérer le dirigeant du PKK, Abdullah Öcalan, emprisonné depuis vingt ans, qui appelle à la reprise des pourparlers de paix. Il harcèle les partis légaux défenseurs de la cause kurde et des libertés démocratiques, particulièrement le HDP (Parti de l’Unité des Peuples). Il poursuit en justice les journalistes du Cumhuriyet qui ont révélé la collaboration des services secrets turcs avec Daech. Des écrivaines ont été emprisonnées, telle Asli Erdogan, l’une des voix les plus importantes de la littérature turque contemporaine. Et, prenant prétexte de la tentative de coup d’État de juillet 2016, le gouvernement turc a limogé ou fait licencier 140 000 fonctionnaires et travailleurs du privé, notamment des syndicalistes du DISK et du KESK qui n’ont rien
à voir avec les putschistes. Erdogan se rêve en continuateur de l’Empire ottoman. Excitant les sentiments nationalistes turcs, le racisme anti-Kurdes, il prétend que « le géant endormi s’est réveillé », que la Turquie est prête à reconquérir les 5 millions de kilomètres carrés de son « Turan » du XIXe siècle, de la Chine à la Méditerranée.
Il y a 80 ans, notre région occitane a servi de terre de refuge précaire aux familles antifascistes espagnoles.
Pendant trois ans de guerre contre le putschiste Franco, ces antifascistes avaient demandé et attendu vainement la livraison d’armes par le gouvernement du Front populaire français. Devrons-nous revivre la même tragédie face à une nouvelle agression fasciste ? La passivité des gouvernements européens nous rappelle les compromissions des années 1930. C’est surtout une garantie offerte à tous les régimes autoritaires et fascistes
qui se répandent à travers le monde.
Sommes-nous condamné.e.s à observer, en spectateurs honteux, le massacre de nos camarades du Rojava ? Nous ne l’accepterons pas et nous devons imposer au gouvernement français la livraison des armes dont les YPG/YPJ et les FDS ont besoin pour se défendre.
Le CSPK invite la population à répondre à son appel à se mobiliser autant qu’il le faudra pour que l’ONU et tous les gouvernements du monde reconnaissent enfin le droit du peuple kurde à son autodétermination.
Il appelle également à souscrive massivement à la collecte de Roja Sor (Soleil Rouge) afin d’appuyer financièrement et politiquement le combat de nos camarades kurdes et des FDS.
Erdogan assassin ! Russie et OTAN complices ! Stop aux massacres des Kurdes par l’État turc !
Reconnaissance diplomatique internationale des cantons autonomes du Rojava !
Fourniture à la Résistance du Rojava de l’armement adéquat qu’elle réclame pour se défendre !
Retrait du PKK de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne !
Libération d’Öcalan et de tou.te.s les prisonnier.e.s politiques kurdes en Turquie et en Europe !
Solidarité syndicale avec les travailleurs et fonctionnaires licenciés ou limogés !


Journée mondiale de mobilisation
RiseUp4Rojava / Debout pour le Rojava
samedi 2 novembre 2019, 12 h, métro Capitole


Collectif de Solidarité avec le Peuple Kurde (Communauté Démocratique Kurde de Toulouse, Association Alevi Démocratique de
Toulouse, UCL, CGT 31, CSR 31, EELV Toulouse, Ensemble !, ETM 31, FSU 31, Marche mondiale des Femmes Midi-Pyrénées, MJCF,
comité 31 du Mouvement de la Paix, MRAP 31, NPA, PCF, PG, Solidaires 31, UEC, UPK 81, UPT).
Contact : cdk.toulouse@gmail.com / Soutien financier : https://m.facebook.com/rojasorfrance/

Solidarité avec le Chili

Publié le

L’association France Amérique latine appelle les organisations, collectifs et citoyenn.e.s à exprimer leur solidarité avec les mobilisations du peuple chilien. Dénonçons ensemble les dégâts causés par le néolibéralisme au Chili et en Amérique latine, qui plongent les classes populaires dans la précarité, brisent les droits sociaux et signifient d’immenses inégalités, sociales, raciales et de genre.
Exigeons ensemble la fin de l’état d’urgence, du couvre-feu et de la répression en cours, alors que plus de 10 personnes sont mortes et qu’il y a eu des centaines de blessé.e.s et plus 1500 détentions.
Mobilisons-nous pour que soit garanti le droit à la protestation sociale et à construire un Chili débarrassé de l’héritage néolibéral instauré durant la dictature.
Rassemblement + concert de casseroles mercredi 23 octobre à partir de 18:30 au métro Jean Jaurès !!!
– Contre l’État d’urgence et les militaires dans la rue
– Contre la répression et le couvre feu
– Contre la criminalisation des mouvements populaires et le néolibéralisme autoritaire  : solidarité !
Sur la situation chilienne, voir notre dossier de presse : https://www.franceameriquelatine.org/chili-soulevement-populaire-et-repression-revue-de-presse et notre communiqué : https://www.franceameriquelatine.org/communique-france-amerique-latine-non-repression-contre-peuple-mobilise-chili/
Événement FB à diffuser : https://www.facebook.com/events/922448761456627/

Les kurdes syriens sous pression.

Publié le

Bonjour à Toutes et tous
suite à l’annonce de retrait des forces armées américaines de ce matin de la région du ROJAVA (Nord-Est de la Syrie), le dictateur ERDOGAN, president turc, s’apprête à envahir cette région administrée les FDS (Forces Démocratique Syriennes).
Comme vous le savez, le ROJAVA, après des longues années de bataille contre les barbares de DAECH a été libéré par les forces arabo-kurdes avec l’appui de la coalition internationale.
Aujourd’hui, l’invasion turque détruira le projet de confédéralisme démocratique instauré depuis quelques années qui a permit la stabilité, la paix, la cohabitation entre les peuples de la région.
Pour dire STOP à la GUERRE  et aux ambitions de dictateur d’ERDOGAN  d’envahir cette région 
Nous appelons à se rassembler pour défendre le ROJAVA, le 9 octobre 2019 à 18 heures 30 au Métro JEAN JAURES
Bien à vous CDK Toulousecontcta tel : 0762772105

Rassemblement pour une Algérie libre et démocratique

Publié le

Survie Midi-Pyrénées relaie l’appel à rassemblement ce dimanche 3 mars, place du Capitole, à 15h : https://toulouse.demosphere.net/rv/1929R

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis vendredi dernier, des Algérien-ne-s manifestent par centaines de milliers dans toutes les villes du pays.

Le peuple algérien se soulève contre le 5ème mandat, contre l’hypothèse que le président Bouteflika puisse se représenter à l’élection présidentielle du 18 avril 2019. Président depuis 20 ans, âgé de 82 ans, victime d’un grave AVC en 2013, il n’était plus en mesure ni de travailler ni de gouverner. Depuis plusieurs années il n’est pas apparu publiquement, c’est une photo dans un cadre qui est présentée aux visiteurs ou dans les réceptions.

Et comme le scandaient des étudiant-e-s mardi « Si c’est pour être gouverné par un cadre, autant que ce soit Mona Lisa ». Proposition prise au sérieux mais rapidement dans la soirée de mardi des constitutionnalistes algériens l’ont écartée car Lisa di Antonio Maria Gherardini (le modèle de la Joconde) ne pouvait justifier d’une résidence permanente exclusive en Algérie durant un minimum de dix ans précédant le dépôt de la candidature. Malgré tout, l’ancien premier ministre Abdalmalek Sellal, directeur de campagne, annonce que le dossier de candidature d’Abdelaziz Bouteflika sera déposé au Conseil constitutionnel le dimanche 3 mars.

Si le président Bouteflika se présente, il y a une très forte possibilité qu’il soit réélu au premier tour avec une confortable majorité. En effet, les autres candidats voient leur campagne entravée ; par exemple un des candidats les plus populaires est mis régulièrement en résidence surveillée.

Selon Ali Benouari, ancien ministre des finances, Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Genève depuis depuis quelques jours, serait en permanence sous perfusion et maintenu sanglé dans son fauteuil roulant afin de lui éviter une chute.

Bouteflika désigné candidat-élu ? par qui ? les Algérien-ne-s se demandent qui gouverne leur pays ? qui et où est le pouvoir ?

A l’inverse de ce pouvoir occulte, momifié et paralysé, la société algérienne gronde, s’impatiente et exprime dégoût, révolte et espoirs. Contre ces trafiquants et ces prédateurs, les Algérien-ne-s aspirent à plus de démocratie, plus de transparence, plus de justice et de liberté. Les mobilisations citoyennes pacifiques actuelles vont imposer un nouvel avenir pour l’Algérie.

Et la France ? au balcon ? Les autorités françaises seraient «terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de l’Algérie». Pour le président Macron, la démocratie s’arrête-elle à la Méditerranée ? Au sud, les autocrates meurent-ils tous au pouvoir ?

L’immense majorité de la société algérienne aspire au changement et s’est exprimée massivement par des manifestations depuis vendredi dernier. Notre soutien est important. Exprimons le.

Dis leur que j’existe – Une histoire sahraouie

Publié le

Du côté des sahraouies

Festival des Droits de l’homme

dis leur que jexiste

Documentaire de Manue Mosset – France – 2016 – 1h02

Dis-leur que j’existe trace le portrait de Naâma Asfari, juriste et militant indépendantiste sahraoui, condamné à 30 ans de prison par le Maroc ; et de sa femme, Claude Mangin, qui continue de mobiliser et de sensibiliser à la situation du Sahara Occidental, et au sort de son mari, dans l’espoir d’une libération ou au moins d’un nouveau procès juste et équitable…

Projection et rencontre avec Claude Mangin

Mercedi 23 janvier, à 21h, au cinéma le Cratère (Toulouse)

Jeudi 24 janvier, à 21h, au cinéma le Casino (Lavelanet)

Jeudi 31 janvier, à 19h, à la Bourse du travail (Tarbes)

réunion publique de soutien au peuple Brésilien

Publié le

Contre le fascisme, solidarité avec le peuple brésilien ! Soirée débat jeudi 10 janvier à 20h à Toulouse

L’élection de Bolsanaro à la présidence du Brésil est lourde de menaces. Le fascisme, la dictature militaire ne sont pas tombées aux oubliettes de l’histoire ! Mais l’extrême violence envers les femmes, les pauvres, les LGBTQI, la population noire, les sans-logis ou les sans-terre est bien antérieure. Tout comme les énormes inégalités et injustices sociales qui règnent dans ce pays.

Pour être efficace, notre solidarité doit reposer sur des éléments concrets. L’Union syndicale Solidaires organise une série de réunions publiques en France et dans d’autres pays européens, dans le cadre du Réseau syndical international de solidarité et de luttes avec Herbert Claros, secrétaire aux relations internationales de la Central sindical e popular Conlutas.

  • Toulouse, le 10 janvier : A 20h au local de Solidaires 31, 52 rue Babinet (Métro Mirail Université)
    .


Rassemblement Kurdistan

Publié le Mis à jour le

Bonjour à Toutes et à Tous

Nous vous appelons à la manifestation le samedi 1er septembre 2018,  de 18h00 à 20H00 du Métro François Verdier  à la place Wilson avec un rassemblement. 

Notre rassemblement a pour objectif de protester contre l’isolement total de leader Kurde Abdullah OCALAN par  les autorités turques et aussi contre les attaques de l’armée turque au Sud du Kurdistan.

Il n’y a toujours aucune nouvelle du prisonnier politique et leader du peuple kurde Abdullah Ocalan. L’Etat turc interdit tout contact avec M. Ocalan. Le peuple kurde et ses amis sont sérieusement préoccupés concernant sa vie et sa santé

* Le traitement de M. Ocalan est une question vitale pour le peuple kurde

* Les Kurdes et leurs amis demandent une rencontre urgente avec M. Ocalan et sa libération

* L’approche vis-à-vis de M. Ocalan est vitale pour la foi placée dans les  valeurs européennes des droits humains

* L’Union européenne, le Conseil de l’Europe et le CPT sont responsables de la santé et de la sécurité .

 
 
Amicalement
 
Centre de l a Communauté Démocratique Kurde de Toulouse