International

Rassemblement pour une Algérie libre et démocratique

Publié le

Survie Midi-Pyrénées relaie l’appel à rassemblement ce dimanche 3 mars, place du Capitole, à 15h : https://toulouse.demosphere.net/rv/1929R

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis vendredi dernier, des Algérien-ne-s manifestent par centaines de milliers dans toutes les villes du pays.

Le peuple algérien se soulève contre le 5ème mandat, contre l’hypothèse que le président Bouteflika puisse se représenter à l’élection présidentielle du 18 avril 2019. Président depuis 20 ans, âgé de 82 ans, victime d’un grave AVC en 2013, il n’était plus en mesure ni de travailler ni de gouverner. Depuis plusieurs années il n’est pas apparu publiquement, c’est une photo dans un cadre qui est présentée aux visiteurs ou dans les réceptions.

Et comme le scandaient des étudiant-e-s mardi « Si c’est pour être gouverné par un cadre, autant que ce soit Mona Lisa ». Proposition prise au sérieux mais rapidement dans la soirée de mardi des constitutionnalistes algériens l’ont écartée car Lisa di Antonio Maria Gherardini (le modèle de la Joconde) ne pouvait justifier d’une résidence permanente exclusive en Algérie durant un minimum de dix ans précédant le dépôt de la candidature. Malgré tout, l’ancien premier ministre Abdalmalek Sellal, directeur de campagne, annonce que le dossier de candidature d’Abdelaziz Bouteflika sera déposé au Conseil constitutionnel le dimanche 3 mars.

Si le président Bouteflika se présente, il y a une très forte possibilité qu’il soit réélu au premier tour avec une confortable majorité. En effet, les autres candidats voient leur campagne entravée ; par exemple un des candidats les plus populaires est mis régulièrement en résidence surveillée.

Selon Ali Benouari, ancien ministre des finances, Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Genève depuis depuis quelques jours, serait en permanence sous perfusion et maintenu sanglé dans son fauteuil roulant afin de lui éviter une chute.

Bouteflika désigné candidat-élu ? par qui ? les Algérien-ne-s se demandent qui gouverne leur pays ? qui et où est le pouvoir ?

A l’inverse de ce pouvoir occulte, momifié et paralysé, la société algérienne gronde, s’impatiente et exprime dégoût, révolte et espoirs. Contre ces trafiquants et ces prédateurs, les Algérien-ne-s aspirent à plus de démocratie, plus de transparence, plus de justice et de liberté. Les mobilisations citoyennes pacifiques actuelles vont imposer un nouvel avenir pour l’Algérie.

Et la France ? au balcon ? Les autorités françaises seraient «terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de l’Algérie». Pour le président Macron, la démocratie s’arrête-elle à la Méditerranée ? Au sud, les autocrates meurent-ils tous au pouvoir ?

L’immense majorité de la société algérienne aspire au changement et s’est exprimée massivement par des manifestations depuis vendredi dernier. Notre soutien est important. Exprimons le.

Publicités

Dis leur que j’existe – Une histoire sahraouie

Publié le

Du côté des sahraouies

Festival des Droits de l’homme

dis leur que jexiste

Documentaire de Manue Mosset – France – 2016 – 1h02

Dis-leur que j’existe trace le portrait de Naâma Asfari, juriste et militant indépendantiste sahraoui, condamné à 30 ans de prison par le Maroc ; et de sa femme, Claude Mangin, qui continue de mobiliser et de sensibiliser à la situation du Sahara Occidental, et au sort de son mari, dans l’espoir d’une libération ou au moins d’un nouveau procès juste et équitable…

Projection et rencontre avec Claude Mangin

Mercedi 23 janvier, à 21h, au cinéma le Cratère (Toulouse)

Jeudi 24 janvier, à 21h, au cinéma le Casino (Lavelanet)

Jeudi 31 janvier, à 19h, à la Bourse du travail (Tarbes)

réunion publique de soutien au peuple Brésilien

Publié le

Contre le fascisme, solidarité avec le peuple brésilien ! Soirée débat jeudi 10 janvier à 20h à Toulouse

L’élection de Bolsanaro à la présidence du Brésil est lourde de menaces. Le fascisme, la dictature militaire ne sont pas tombées aux oubliettes de l’histoire ! Mais l’extrême violence envers les femmes, les pauvres, les LGBTQI, la population noire, les sans-logis ou les sans-terre est bien antérieure. Tout comme les énormes inégalités et injustices sociales qui règnent dans ce pays.

Pour être efficace, notre solidarité doit reposer sur des éléments concrets. L’Union syndicale Solidaires organise une série de réunions publiques en France et dans d’autres pays européens, dans le cadre du Réseau syndical international de solidarité et de luttes avec Herbert Claros, secrétaire aux relations internationales de la Central sindical e popular Conlutas.

  • Toulouse, le 10 janvier : A 20h au local de Solidaires 31, 52 rue Babinet (Métro Mirail Université)
    .


Rassemblement Kurdistan

Publié le Mis à jour le

Bonjour à Toutes et à Tous

Nous vous appelons à la manifestation le samedi 1er septembre 2018,  de 18h00 à 20H00 du Métro François Verdier  à la place Wilson avec un rassemblement. 

Notre rassemblement a pour objectif de protester contre l’isolement total de leader Kurde Abdullah OCALAN par  les autorités turques et aussi contre les attaques de l’armée turque au Sud du Kurdistan.

Il n’y a toujours aucune nouvelle du prisonnier politique et leader du peuple kurde Abdullah Ocalan. L’Etat turc interdit tout contact avec M. Ocalan. Le peuple kurde et ses amis sont sérieusement préoccupés concernant sa vie et sa santé

* Le traitement de M. Ocalan est une question vitale pour le peuple kurde

* Les Kurdes et leurs amis demandent une rencontre urgente avec M. Ocalan et sa libération

* L’approche vis-à-vis de M. Ocalan est vitale pour la foi placée dans les  valeurs européennes des droits humains

* L’Union européenne, le Conseil de l’Europe et le CPT sont responsables de la santé et de la sécurité .

 
 
Amicalement
 
Centre de l a Communauté Démocratique Kurde de Toulouse

Kurdistan; rassemblement contre l’État Turc sanguinaire

Publié le

Nous appelons à un rassemblement
le samedi 18 août 2018 à 18 heures au METRO JEAN JAURES 
concernant les massacres et les bombardements d’état Turc la région Sinjar (Shengal) au sud de Kurdistan.
Le 15 août 2018,  des avions de combat turcs ont bombardé la région de Sinjar, en tuant et blessant de nombreux Yézidis.
Nous condamnons fermement cette attaque odieuse et inhumaine de l’État turc.

Kurdistan: appel à manifester

Publié le

Stop à l’invasion turque au Kurdistan
Les Kurdes se sont engagés dans une bataille difficile contre l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.
Cette organisation s’est attaquée non seulement aux Kurdes, mais aussi à la région dans son ensemble, en tentant d’y mettre en place un système salafiste. Cette tentative constitue une immense menace pour
les valeurs humaines, la diversité des croyances et les normes démocratiques. Dans la guerre contre
cette organisation, les Kurdes ont joué un rôle très important, ouvrant la voie à leur défaite finale au prix de nombreuses vies. Aujourd’hui, l’EI perd du terrain et sa capacité à menacer l’Occident, en particulier les pays de l’UE, a été considérablement réduite.
Cependant, le gouvernement de l’AKP, qui fut le complice de l’EI, n’est pas satisfait. Ayant réalisé qu’il ne pouvait pas neutraliser le mouvement de libération kurde avec l’aide de l’EI, l’Etat turc a lancé une attaque plus directe. Il vise maintenant à détruire tous les acquis et développements progressistes réalisés par les Kurdes dans le Sud et l’Ouest du Kurdistan, au nord de la Syrie et de l’Irak.
Les bombardements illégaux de l’Etat turc et l’invasion d’Afrin au nord de la Syrie
L’Etat turc a illégalement bombardé et envahi Afrin, une région à majorité kurde qui avait été une oasis de paix dans un pays déchiré par la guerre, un lieu de refuge et le bastion du projet de confédération démocratique. Cette invasion criminelle a provoqué des centaines de morts et une nouvelle vague de déplacements massifs. Plus alarmant encore, des indices suggèrent l’existence de plans de nettoyage
ethnique à grande échelle des Kurdes.
L’invasion potentielle par la Turquie du territoire kurde irakien
Il y a de plus en plus de signes d’une invasion imminente à grande échelle du territoire kurde irakien, y compris de la région montagneuse de Qandil, dans le nord de l’Irak, dans une volonté de continuer à encercler et à étouffer le seul lieu de liberté de la région. Les avions militaires turcs ont mené de nombreuses campagnes de bombardement dans les régions kurdes (Metina, Avasin, Zap, Basyan, Gare, Xakurk et Kandil) au Sud-Kurdistan (Irak) et ont tué de nombreux civils.
Les représentant.e.s du peuple kurde ont à plusieurs reprises exprimé leurs craintes et appelé tous les gouvernements et organisations internationales (l’ONU, l’OTAN, l’UE et la Ligue arabe) à empêcher les incursions de la Turquie et les violations par celle-ci de la souveraineté irakienne.
Il n’y a pas encore de réponse de la communauté internationale ce qui encourage l’Etat turc à multiplier ses incursions et à tenter de prendre le contrôle de la région en déployant des troupes supplémentaires et en établissant de nouvelles bases militaires (en plus des 18 bases déjà établies) et des avant-postes de renseignement dans la région. Alors que la gendarmerie turque participe à des défilés militaires dans les villages du district de Sidekan dans la province de Diyana, dans la région du gouvernorat de Hewler
(capitale du KRG), il est clair qu’ils traitent les terres occupées comme leur propre territoire.
Briser le silence contre l’invasion du Kurdistan par la Turquie
Nous appelons tous les organes concernés (partis politiques, organisations de défense des droits humains, syndicalistes et militants) à se tenir à nos côtés pour agir contre cette violation du droit international, condamner sans ambiguïté cette agression et exiger que la Turquie retire ses troupes du Kurdistan et cesse ses bombardements indiscriminés qui touchent les populations civiles.
Nous appelons tous les gouvernements et les organisations internationales (l’ONU, l’OTAN, l’UE et la Ligue arabe) ainsi que les peuples démocratiques du monde entier à s’opposer à cette agression turque.

Nous appelons à un rassemblement le samedi 28 juillet 2018 à 19 heures au METRO JEAN JAURES contre l’invasion de l’Etat Turc au Sud de Kurdistan et au ROJAVA.

CDK-F

16 rue d’Enghien 75010 Paris
0952510934 – info@cdkf.fr
www.cdkf.fr

La solidarité avec les kurdes continue

Publié le

Non à la collaboration des polices européennes avec l’État fasciste turc !
Ni extradition, ni emprisonnement : liberté pour les prisonniers révolutionnaires turcs et kurdes !

Le tortionnaire Erdogan installe de plus en plus ouvertement un régime fasciste en Turquie en criminalisant les progressistes, limogeant des milliers de fonctionnaires, emprisonnant des parlementaires d’opposition etc. Face à cette situation, les pays européens continuent de collaborer économiquement, militairement et judiciairement avec l’État turc, membre de l’OTAN.
Les polices d’Europe se retrouvent à faire le sale boulot de la dictature fasciste turque en interdisant des organisations (comme le Parti des Travailleurs du Kurdistan – PKK), en emprisonnant des militants et en les extradant vers la Turquie alors qu’ils savent qu’ils y subiront tortures et conditions de détention très dures.
Nous ne devons pas accepter cela !

Liberté pour Gülizar Taşdemir !

Gülizar Taşdemir est une militante féministe et progressiste qui a combattu pendant 27 ans dans la guérilla kurde. En 2015, elle s’est rendue en Norvège suite à des problèmes de santé. Elle avait fait une demande d’asile politique qui a été rejetée. Elle s’est donc rendue en Allemagne pour procéder à une nouvelle demande d’asile mais elle a été renvoyée en Norvège en vertu des accords de Dublin (la personne doit effectuer ses demandes dans le premier pays d’arrivée dans l’Union Européenne). Amnesty International, ainsi que d’autres organisations, ont déclaré que si Taşdemir devait être extradée vers la Turquie, elle serait certainement victime de tortures et ont souligné que sa santé était très mauvaise.
Le 4 juillet dernier, l’État norvégien a décidé de céder à la demande turque. Elle a été menottée et expulsée vers la Turquie dans un avion militaire. Depuis son arrivée, ni ses avocats ni sa famille n’ont pu la voir. Aujourd’hui, la vie de Gülizar est en danger !

Liberté pour Turgut Kaya et Hidir Gönek !

Turgut Kaya et Hidir Gönek sont deux militants révolutionnaires turcs réfugiés en Grèce. Ils ont été incarcérés durant le mois d’avril, pour répondre aux désirs de la Turquie. Celle-ci a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de ces deux militants, du fait de leur appartenance supposée au TKP/ML (Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste). Elle exige désormais leur extradition.
Depuis début juin et au péril de leurs vies, ils sont en grève de la faim pour exiger du gouvernement de Syriza qu’il n’obéisse pas aux désirs du régime fasciste turc et qu’il ne les extrade pas. Soutenons les dans leur combat !

Rassemblement de solidarité Jeudi 12 Juillet de 18H30 à 20H30 Métro Jean Jaurès – Toulouse

Soutien aux victimes en Palestine

Publié le Mis à jour le

Rassemblement de solidarité avec les victimes palestiniennes et pour la fin des crimes israéliens,  Aujourd’hui 16 mai de18h 30 à 20 h 30.

Allées Franklin Roosevelt, Métro Jean Jaurès.

  • VEILLEE de SOLIDARITE aux victimes palestiniennes et pour dire
    HALTE AUX CRIMES ISRAELIENS !
    Depuis le 30 mars 2018, tous les vendredis, des dizaines de milliers de
    Palestinien.ne.s – en particulier à Gaza – manifestent dans le cadre de la Grande
    marche du retour pour le droit au retour sur les terres dont ils ont été
    dépossédés en 1948 et pour la levée du blocus israélien sur la bande de Gaza,
    qui dure depuis près de 11 ans. Depuis le 30 mars, chaque vendredi l’armée
    israélienne ouvre le feu sur des civils désarmés. Le bilan de ces massacres
    préméditées était déjà terrible : plus de 40 morts, 3500 blessés. Aujourd’hui,
    lundi 14 mai, les énormes manifestations pour la commémoration de la Naqba
    et contre l’implantation de l’ambassade des USA à Jérusalem ont une nouvelle
    fois été réprimées dans un bain de sang avec plus de 55 morts et 2400 blessés.
    Et l’armée d’occupation israélienne a une fois de plus commis des crimes de
    guerre en ouvrant le feu sur des manifestants désarmés et en utilisant des
    munitions appelées « soft nosed bullets » qui quand elles ne tuent pas,
    provoquent des dégâts irréversibles. Des massacres de plus qui ne suscitent
    que le silence complice du gouvernement français et de l’Europe.
    Alors ensemble, disons ça suffit !
    Le blocus criminel et illégal de Gaza doit être rompu, le droit au retour doit être
    en6n respecté. L’impunité doit cesser ! Il faut mettre un terme au régime
    d’occupation et d’apartheid israélien en développant notre solidarité avec le
    peuple palestinien en particulier à travers la campagne Boycott
    Désinvestissement Sanctions [tant que l’État d’Israël ne respectera pas le droit
    international, il doit être sanctionné et rendu comptable de ses crimes]. Avec
    pour exigence prioritaire, pas une arme d’Israël, pas une arme pour Israël.
    Nous répondons à l’appel de la coordination des associations palestiniennes en
    appelant à nous rassembler pour une veillée de solidarité mercredi 16 mai à
    18h30 au métro Jean Jaurès.

SUR LA ROUTE D’EXARCHEIA

Publié le

DIMANCHE 6 MAI À 11H A L’American cosmographe
Projection unique suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Éloïse Lebourg, des « convoyeur-se-s » et des membres de Krav Boca.

(achetez vos places dès le 21/04)

SUR LA ROUTE D’EXARCHEIA, RÉCIT D’UN CONVOI SOLIDAIRE EN UTOPIE

Soirée débat Séance Unique Evénement
Non
Réalisateur

Éloïse Lebourg

Le 28 mars 2017, un convoi solidaire arrive dans le quartier autogéré d’Exarcheia d’Athènes avec 26 camions et 62 personnes venant de France, Belgique, Suisse et Espagne. Parmi eux, quatre enfants participent à cette aventure humaine qui a pour but d’apporter un soutien matériel, politique et financier destiné au mouvement social grec et aux réfugiés bloqués aux frontières de l’Europe. Ce film raconte cette aventure fraternelle et rend hommage aux solidarités par-delà les frontières.