Ecologie

Contre l’éolien industriel

Publié le

Les riverains d’éoliennes industrielles sont exposés à des nuisances de tous ordres : visuelles, sonores et infrasonores, électromagnétiques… Leur environnement est gravement altéré.  Sans parler ici des conflits locaux entre villages ou entre voisins, entre ceux qui subissent les nuisances et ceux qui profitent de l’argent des éoliennes. Certains riverains souffrent en silence de ces préjudices, d’autres semblent les ignorer. Les opérateurs éoliens font tout leur possible pour dénier l’impact de leurs machines sur la santé humaine et les pouvoirs publics persistent à l’ignorer. Pourtant des recommandations ont été formulées à ce sujet par de hautes instances, l’Académie de médecine et l’Agence nationale de sécurité sanitaire,de l’alimentation, de l’environnement (ANSES) : éloigner les éoliennes des habitations, mieux réglementer et contrôler les émissions sonores, réaliser un suivi épidémiologique des riverains, etc…

Vendredi 29 novembre à 9h30 aura lieu au tribunal de Castres le procès des nuisances sonores d’une centrale éolienne,  ce trouble anormal de voisinage qui a empoisonné la vie quotidienne et altéré la santé d’un couple riverain, qui les a conduit à devoir quitter leur maison située à Fontrieu depuis 4 ans. Vous avez certainement entendu parler de Christel et Luc. Ils sont venus de Belgique, ayant choisi de vivre dans un hameau du Parc naturel régional du Haut Languedoc, à la recherche d’une certaine qualité de vie et de la beauté des paysages. Ils se sont bien intégré dans la vie locale, elle, gestionnaire de gîte et hôtesse à l’office du tourisme, lui, sapeur pompier en charge de la maintenance des équipements du SDI à l’échelle départementale. Le voisinage des éoliennes a bouleversé leur existence.

Après 3 ans d’instruction éprouvante et coûteuse, expertises acoustiques et médicales à l’appui, l’audience de ce procès exemplaire des éoliennes a enfin lieu. Soyons nombreux ce jour là pour montrer notre sympathie à Luc et Christel, mais aussi notre solidarité à l’égard de toutes les victimes silencieuses de cette industrie éolienne qui traite nos territoires ruraux comme une zone à exploiter sans scrupule, sans considération des habitants, sans respect des espaces naturels et des paysages.  Ce n’est pas la transition écologique que nous souhaitons !

A cette occasion, les représentants du collectif Toutes Nos Energies- Occcitanie Environnement – qui réunit 160 associations de toute l’Occitanie – ne manqueront pas d’évoquer, hors prétoire, la longue histoire des nuisances des éoliennes, histoire jalonnée de déni, voire de mensonges de la part des industriels et du silence coupable des pouvoirs publics.  Nous dénoncerons une fois de plus les dérogations outrancières accordées aux opérateurs éoliens en matière de normes sonores et de proximité des habitations, au mépris du principe de précaution. Nous rappellerons également que ce problème de nuisances et de leur réglementation inadaptée fait l’objet d’une plainte auprès de la commission européenne pour non-respect des directives de l’UE (en cours d’instruction par les services de la Commission).

Rendez-vous au tribunal de Castres vendredi 29 novembre à 9h30.

Barrage de Sivens?

Publié le

Barrage de SIVENS //les eaux troubles du calcul égoïste

Jeudi 28 novembre 20h30 – salle de la Démocratie à Graulhet (mairie)

soirée débat avec Marc Laimé

où nous découvrirons pourquoi le Conseil départemental, la Chambre d’agriculture et la FNSEA s’entêtent à vouloir imposer aux populations locales un barrage inutile, où nous apprendrons pourquoi fournir encore plus d’eau à l’agriculture est un non sens écologique et une atteinte à l’humanité.

Marc Laimé anime plusieurs blogs : Les eaux glacées du calcul égoïste  et, dans le Monde diplomatique  Les carnets d’eau.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages :  Le Dossier de l’eau. Pénurie, pollution, corruption (2003) ; Le lobby de l’eau  (2014) ; Sivens : le barrage de trop, (2015) écrit avec Grégoire Souchay.

Soirée proposée par Habitant.e.s d’ici et d’ailleurs

Mobilisation en Aveyron: l’Amassada

Publié le

Nous sommes extrêmement heureu.ses de vous inviter à la fête des 4 ans
de l’Amassada, qui se déroulera le samedi 19 janvier sur les belles
terres des plateaux aveyronnais.

Terres que nous ne voulons pas voir saccagées par des hectares de béton,
de lignes THT, de parcs éoliens ou photovoltaïques gigantesques, pleins
de l’hubris d’une civilisation qui s’effondre.

Depuis 4 ans nous défendons ces lieux et proposons une autre vision du
monde, proche du terrain, proche des gens qui y vivent, parce que seuls
rien n’est possible face à ce système toujours plus vorace et
destructeur.

Cette lutte est belle, car elle parie sur les forces du vivant contre
celles de la mort. Elle parie sur les communs, le partage et non sur
l’individualisme vide, la concurrence. Cette lutte vit aussi par celles
et ceux qui la nourissent, qui la font vivre, ici, ailleurs. Cette lutte
est solidaire et imbriquée dans les luttes territoriales, les luttes
écologistes et sociales qui partout en France et ailleurs s’organisent
contre le mensonge de ceux d’en haut.

Pour le programme des festivités:

– Dès l’après-midi : plantation d’arbres autour de l’Amassada

– En soirée : repas, bal folk et masqué, ensuite DJ électro boom

Et dimanche à 18H : projection de l’excellent documentaire ukrainien sur
la révolte de la place Mïdan : « Winter on Fire, Ukraine’s Fight For
Freedom » , de Evgeny Afineevsky, nomminé aux Oscars en 2016 et interdit
en Ukraine.

Pour se rendre à l’Amassada voir le blog douze.noblogs.org

et  https://douze.noblogs.org/files/2015/01/arriver__a_lAmassada.pdf

Venez masqués ohéohé!!!! et garez vous au village de Saint Victor,
passez par le stade et puis c’est indiqué (prévoir lampe de poche)

A samedi

PAS RES NOS ARRESTA

Expulsion imminente au site occupé de St Victor (Aveyron)

Publié le Mis à jour le

Expulsion imminente au site occupé de St Victor (Aveyron)
La lutte contre le méga-transformateur a besoin que toutes les personnes
disponibles convergent au plus vite pour faire face. Le transfo, c’est 5
hectares de terres de terres cultivées qui seront converties en point
d’aiguillage pour la vente d’énergies renouvelables à l’international.
En même temps c’est tout le territoire local qui est envahi par des
promoteurs pour la construction d’éoliennes ou de photovoltaïque.
Ces constructions qui font partie du grand projet de la transition
énergétique vers du tout électrique en France n’ont rien à voir avec
quelque chose de propre ou de citoyen. Pendant que l’état et les
instances locales font passer cela pour des projets concertés auprès du
public, ce sont les gendarmes mobiles, des tonnes de paperasse et des
élus véreux qui vendent le territoire. Ici le parc naturel régional des
Grands Causses, ailleurs les multitudes de projets qui minent les
territoires.
Ce saccage n’est acceptable ni ici, ni ailleurs.
Voici l’appel du collectif Amassada :
Appel à converger sur Saint-Victor
Un huissier accompagné de gendarmes a délivré aux occupants de l’Amassada l’ordonnance  du TGI de Rodez : « ordonnons l’expulsion de tout occupant se trouvant irrégulièrement sur les dites parcelles et ce sous astreinte de 2000 euros par jour calendrier entamé par infraction constatée et par personne contrevenante ». Selon notre avocat cela présume une expulsion très rapide. En assemblée, ce soir, nous avons décidé d’appeler :
1. A converger dès maintenant sur l’Amassada car cette nouvelle façon de
gérer les luttes par l’amende doit être combattue en tant que telle.
Cette guerre psychologique est, semble-t-il, la nouvelle manière de
neutraliser les luttes territoriales et écologistes. Nous refusons de
nous y plier, c’est pour cela que nous serons au petit matin sur les
barricades. Garez vos voitures dans le village et montez à l’Amassada
masqué pour éviter les amendes.
2. A se retrouver, quoi qu’il arrive, mercredi 16/01 à  13h30 devant le
tribunal de Millau.
3. A se retrouver samedi 19/01 à 11h00 place la Poste à Saint-Affrique.
Ensuite nous fêterons comme prévu les quatre ans de l’Amassada en bal
masqué.
Il nous faut être nombreu.ses et mobilisé.es autour de l’Amassada, nous
appellons aussi les collectifs de soutien à se mobiliser pour des caisses
de solidarité, et à rester très vigilants quand au démarage des travaux,
face à cette attaque on apelle aussi chacun.e à agir chez soi par tous
les moyens jugés bons pour faire connaître ce qui se joue ici.

Communiqué des Ami(e)s de la Confédération paysanne

Publié le Mis à jour le

Les Ami(e)s de la Confédération paysanne cultivent la résistance 
et sèment des alternatives à l’agro-industrie

Réunis à Peyrelevade sur le plateau de Millevaches (16-19 juillet) une centaine d’Ami-E-s de la Conf’ se sont retrouvés pour leurs Journées d’été.

Face à la standardisation de l’alimentation, à l’industrialisation de l’agriculture et à la disparition accélérée des 
paysans par l’ouverture des marchés (dérégulés), les Ami-E-s de la Confédération paysanne ont réaffirmé leur volonté d’avoir des éleveurs nombreux pour faire vivre les territoires et valoriser la production locale.
Dans le contexte particulièrement sensible de la crise de l’élevage, ils ont débattu de la construction d’alternatives à la 
financiarisation d’un monde niant les travailleurs et la démocratie. Il s’agit de protéger la production de qualité (paysanne/fermière) du laminage de la grande distribution par des prix rémunérateurs pourcelles et ceux qui nous nourrissent et privilégier une agriculture nourricière à taille humaine qui dessine un avenir pour nos campagnes et
notre société dans des territoires vivants.

Les territoires ne peuvent être vivants et dynamiques que s’il existe tous les services publics de proximité nécessaires et une politique pour l’égalité des territoires.

C’est dans ce cadre de préservation du Bien Commun que pourront se développer des solidarités à multiples visages :
paysans-ouvriers-« consomm’acteurs »-citoyens de tous horizons.
Cet objectif sera conduit en cohérence avec les actions de convergence et les luttes à mener dont la protection des terres agricoles et l’accès au foncier qui n’ont de cesse d’être toujours plus criminalisées par les pouvoirs en place.
Les Ami-E-s de la Confédération paysanne jugent indispensable de s’opposer aux lois liberticides présentes et à venir
sur le renseignement au niveau français, sur le secret des affaires au niveau européen, ainsi qu’aux accords de libre-échange qui auraient comme conséquence l’acceptation d’un modèle économique énergivore et destructeur d’emploi, des ressources et de la biodiversité.

Ces journées ont permis de constater que partout, en France et dans le monde, de plus en plus de citoyens et d’organisations prennent des initiatives et créent des alternatives concrètes face à lafinanciarisation de l’économie, à la peur et au fatalisme entretenus par les dirigeants de cette mondialisation néo-libérale.

Communiqué à Peyrelevade (Corrèze), le 19 juillet 2015

<contact@lesamisdelaconf.org>

Nucléaire, non merci!

Publié le Mis à jour le

Alternative Libertaire Toulouse

L’Université Populaire Anarchiste de Toulouse vous propose un RDV sur le thème de la lutte contre le nucléaire.
4 ans après le désastre de Fukushima, catastrophe majeure d’une ampleur inédite comportant de nombreuses irréversibilités, que se passe-t-il aujourd’hui au Japon ?

Et en France, pays hautement nucléarisé, doit-on attendre passivement notre tragédie ?

Si les centrales ont été construites malgré les multiples oppositions populaires, ne doit-on pas exiger leur arrêt immédiat avant une Xième catastrophe ?

Doit-on assister passivement à la prolongation sans fin de leur durée d’exploitation, rendant tous les jours les risques d’accidents plus probables, la quantité des déchets plus importante ?

Sans illusions ni résignation, quelles luttes peut-on impulser aujourd’hui ? Quels en seraient les acteurs? Avec quelles stratégies et quels objectifs ?

Nous tenterons de répondre collectivement à ces nombreuses questions, avec nos invités, acteurs actuels et historiques des luttes antinucléaires, militants pour une sortie immédiate, et porterons un regard sans concession sur une société capitaliste qui pour être nucléaire doit être policière.

Au plaisir de vous retrouver à l’Athénée Albert Camus, 36 rue de Cugnaux, 31300 Toulouse
le Mercredi 08 Avril 2015 à 20h00.

Deux flyers sont téléchargeables sur le site http://toulouse.demosphere.eu/ pour la com’

Salutations Anarchistes.
Jean-Marc
UPATO – 08 Avril 2015