Actualité locale

8 Mars 2020, Les journées internationales des luttes des femmes …Avant et après…

Publié le

Du 02 mars au 19 mars 2020

ExpositionLes femmes de sciences sortent de l’ombre

Espace des diversités et de la laïcité

38 rue d’Aubuisson

Samedi 7 mars à 14h

Les sœurcières par Osez le féminisme ! 31

Au programme : prises de paroles, conférences, ateliers, danse, concerts, expositions, …

Café culturel Folles Saisons

197, route de Saint-Simon

Ligne A arrêt Arène puis ligne de bus 14 (environ 25 min depuis Métro Jean Jaurès)

Manifestation de nuit organisée par « Toutes en Grève », rendez-vous à 22h à Jean Jaurès.

Dimanche 8 mars – Grève des femmes ! On arrête toutes !

Manifestation qui débute à 16h. Départ en haut des allées Jean Jaurés.

A l’occasion de la grève féministe du 8 mars 2020 l’assemblée féministe « Toutes en grève » invite à une cantine populaire à partir de 12h30, à prix libre, et à occuper la place Saint-Cyprien. Diverses activités seront proposées.

Une garde d’enfant sera aussi proposée de 10h à 19h au 36 rue Roquelaine : https://framadate.org/garderie-8-mars

Projection « Des dames comme tout le monde » à 11h à l’ABC avec l’APIAF.

13, rue Saint-Bernard – Ligne B, Station Jeanne-d ‘Arc

Pièce de théâtre – « Les mères se font la belle » à 14h30 suivi d’un moment d’échange et d’un goûter, à 16h30.

Salle des Fêtes de Lafourguette

28, rue de Gironis  – Bus 12 arrêt Glières

Mercredi 11 mars

Projection du film « Comme des garçons » de 14h30 à 16h30.

Un film qui rend hommage aux pionnières du football féminin.

Centre social de la Reynerie – 15, place Abbal. Métro Reynerie.

Jeudi 12 mars à 14h30

Projection d’un documentaire organisée par Ciné Palabres

« Prendre racine, la vision de Wangari Maathai » de Lise Merton et Alan Dater

Médiathèque Grand M

37, avenue de la Reynerie – Métro Ligne A, arrêt Bellefontaine

Vendredi 13 mars à 19h30

Projection organisée par Ciné Palabres, en présence du réalisateur.

« Malouma, diva des sables » de Cheikh N’Diaya

Espace des diversités et de la laïcité

38, rue d’Aubuisson – Métro Ligne A – arrêt Jean Jaurès

Samedi 21 mars à 14h

Projection du film « Comme des garçons »

Bibliothèque des Pradettes

3, rue de la Dépêche – Réservations conseillées—
To unsubscribe: <mailto:toulouse-interne-ucl-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>
Télécharger toutes les pièces jointes sous forme de fichier .zip

Le municipalismelibertaire s’invite à la librairie Floury

Publié le Mis à jour le

MARDI 17 MARS – 18H30 à la librairie Floury rue de la Colombette

Rencontre avec Floréal Roméro autour de ses publications sur la pensée de Murray Bookchin.

Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin (préfacé par la brillante Pinar Selek) publié aux Editions du Commun (2019) et une réédition au Passager Clandestin, Murray Bookchin et l’écologie sociale libertaire, coécrit avec Vincent Gerber.

Agir ici et maintenant est un essai autant qu’un manifeste, une analyse personnelle de la pensée de Murray Bookchin. En guise d’amorce, Floréal Roméro dresse le portrait du fondateur de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. Il en fait son histoire, son évolution politique, pour la mettre en miroir avec les enjeux écologiques, sociaux et économiques actuels. De l’Espagne au Rojava, en passant par le Chiapas, à partir d’exemples concrets, l’auteur lance un appel à la convergence des luttes et un cri d’espoir.
Ce livre nous apporte des conseils pratiques pour sortir du capitalisme et ne pas se résigner face à l’effondrement qui vient.

Murray Bookchin un débat autour de sa pensée.

Publié le

Conférence – débat Changer sa vie sans changer le monde le mardi 10 mars à 20H30 au Bijou, 123 avenue de Muret, Toulouse
Xavier Crépin présentera  » Changer sa vie sans changer le monde  » de Murray Bookchin, l’anarchisme contemporain entre émancipation individuelle et révolution sociale.
« Je ne peux que suivre Emma Goldman quand elle déclare ne pas vouloir d’une révolution où elle ne pourrait pas danser. Mais à tout le moins, elle voulait une révolution – une révolution sociale – sans laquelle de telles fins esthétiques et psychologiques ne bénéficieraient qu’à quelques-uns. Or, sauf à me tromper complètement, les objectifs révolutionnaires et sociaux de l’anarchisme aujourd’hui souffrent d’une telle dégradation que le mot “anarchie” fera bientôt partie intégrante du vocabulaire chic bourgeois du siècle à venir : une chose quelque peu polissonne, rebelle, insouciante, mais délicieusement inoffensive. »
Dans ce petit livre, Murray Bookchin étrille les dérives d’une gauche radicale surtout préoccupée par la transformation de son mode de vie, et récusant toute forme d’organisations et de programmes révolutionnaires. Sa perméabilité aux maux qui affectent nos sociétés – individualisme forcené, goût de la posture, narcissisme et irrationalisme – a ainsi conduit ses partisans à se détourner de leur héritage socialiste.Murray Bookchin (1921–2006) est connu pour ses travaux sur l’écologie sociale et son modèle d’organisation politique démocratique, le municipalisme libertaire. D’abord ouvrier, cet autodidacte a enseigné la sociologie au Ramapo College, dans le New Jersey.

Rassemblement d’urgence Kurdistan

Publié le Mis à jour le

  • Rassemblement d’urgence
  • demain à 12 heures au Métro JEAN JAURES concernant la situation de l’île IMRALI, sur laquelle il y a eu un incendie hier mais les autorités turques ne font aucune déclaration concernant la situation M. ÖCALAN et les autres prisonniers politiques.
  • NOUVELLES MENACES CONTRE OCALAN DANS LA PRISON D’IMRALI Jeudi 27 février, le Ministre turc de l’intérieur, Suleyman Soylu, a annoncé qu’un incendie avait eu lieu sur l’île d’Imrali, où le leader kurde Abdullah Ocalan et trois autres prisonniers politiques kurdes sont détenus. !M. Ocalan et ses codétenus sont soumis par le régime turc d’Erdogan à une poli-tique d’isolement continu. Dernièrement, suite au mouvement de grève de la faim initié par la Députée du Parti démocratique des Peuples (HDP), Mme Leyla Güven, quelques rencontres avaient pu avoir lieu avec Abdullah Ocalan, ainsi qu’avec ses codétenus. !Cependant, depuis le 7 août 2019, la Turquie a de nouveau bafoué les droits des dé-tenus se trouvant sur l’île-prison d’Imrali en rétablissant le régime d’isolement carcéral. !La situation et la santé de M. Ocalan sont un sujet extrêmement sensible pour le peuple kurde. Ni ses avocats, ni sa famille n’ont eu de nouvelles de lui depuis main-tenant plus de 6 mois. !La prison de haute sécurité d’Imrali a été entièrement conçue pour la détention du leader kurde. Etant donné l’importance du dispositif de surveillance, il est impossible qu’un incendie soit survenu dans ces conditions. Du moins, il ne s’agit pas d’un accident. !L’incendie d’Imrali relève d’un nouveau concept conçu à l’égard de M. Ocalan et du mouvement kurde. !Nous lançons un appel urgent au Conseil de l’Europe et à son Comité pour la Prévention de la Torture (CPT) afin qu’ils réagissent au plus vite pour briser l’isolement et obtenir des informations sur la situation et l’état de santé de M. Ocalan et de ses codétenus.!Nous appelons par ailleurs les organisations de la société civile, les syndicats, les partis politiques et toutes les personnes attachées aux droits humains à réagir pour dénoncer cette situation extrêmement préoccupante. 16 rue d’Enghien, 75010 Paris – info@cdkf.frhttp://www.cdkf.fr – Tel: 09.52.51.09.34

Projection/débat de l’UAT

Publié le Mis à jour le

Projection-Débat Trouble # 23: « Prélude à un désastre »

Nouvelle projection Trouble jeudi 5 mars  20H00 au Café associatif l’Astronef,

3 place des avions – Rangueil / à 300 mètres du métro Saouzelong.

Nos actions sont t’elles efficaces pour sauver ce qu’il reste de notre planète ? Ou doit on en trouver de nouvelles pour de meilleurs résultats ? Dans cet épisode nous irons à la rencontre de militant.e.s écologiques plaidant pour des mesures plus audacieuses pour défendre notre terre.

T23Thumb

Il est largement admis que le réchauffement climatique existe et que les taux actuels d’émission de carbone de nos sociétés mettent en péril les générations futures. Cette prise de conscience se traduit par un consensus grandissant que nos «dirigeants» ne sont d’aucune aide pour résoudre ce problème. Malheureusement, la plupart des militants écologistes continuent d’être entravés par une fausse compréhension du pouvoir et de l’ampleur du problème…

Nos actions sont t’elles efficaces pour sauver ce qu’il reste de notre planète ? Ou doit on en trouver de nouvelles pour de meilleurs résultats ?

Dans cet épisode de Trouble, SubMedia part à la rencontre de nombreux.ses militant.e.s écologiques plaidant pour des mesures plus audacieuses pour défendre notre terre.

Entretient avec :

Dahr Jamail : ancien journaliste de guerre, il chronique maintenant les conséquences du réchauffement climatique sur les populations les plus pauvres pour le magasine « truthout.org ».

Ahmed Jafeez: spécialiste des crises humanitaires

Mel Bazil : porte parole de la tribu des Unist’ot’en au Canada. Les Unist’ot’en bloquent depuis plusieurs années un projet gouvernementale de sept pipelines et divers projets de fracturation hydraulique dans leur région native.

Aric McBay : agriculteur et militant écologique, il est l’auteur de « Full Spectrum Resistance » un livre expliquant diverses méthodes d’actions militantes et mesurant leurs efficacité dans le temps.

Plusieurs membres du collectif écolo radical Earth First !, connu pour l’utilisation fréquente d’actions directes non-violentes tel que le sabotage, s’accrocher dans des arbres ou des machines pour stopper des projets industriels ou attirer l’action des médias/gens sur la cause écologique.

Bande-annonce du documentaire : cliquer ici

Date : le Jeudi 5 Mars à 20H00
Lieu : Café associatif l’Astronef (3 place des avions – Rangueil / à 300 mètres du métro Saouzelong)
Durée : 37 minutes en VOSTFR puis débat
Prix : Participation libre

Si vous souhaitez témoigner ou si vous avez connaissance d’un collectif ou d’un internant.e qui serait intéressant d’inviter, n’hésitez pas à contacter l’UAT. Elle essaiera de les faire venir, dans les moyens qu’elle dispose.

Doc & soirée de soutien vendredi 28 février à 19h à la Réquisition Rue Roquelaine

Publié le

( Un court doc fait il y a peu pour le DAL Toulouse sur la réquisition
en cours Rue Roquelaine :
https://www.youtube.com/watch?v=YMqEm1bC4Z0
https://vimeo.com/393307774)

Soirée de soutien ce vendredi 28 février avec projection de « Le Sens
de L’Effort » à 19h

( http://lucioleprod.fr/styled-2/styled-21/index.html)
(il s’agit du film qui sera aussi projeté par l’UCL le lundi 23 mars à
la Chapelle)

et un concert de El Communero à 20h30 :

https://www.facebook.com/events/212082033316558/

Depuis vendredi 17/01, le 36 rue Roquelaine est occupé par cinq
familles pour exiger leur relogement !

Venez nombreux.ses pour soutenir les familles et exiger de nos
institutions qu’elles assument leurs responsabilité :
**** 19h : projection du film « Le Sens de l’effort » qui offrira un
regard documentaire sur les manifestations des gilets jaunes, en
présence du réalisateur !
**** 20h30 : concert du groupe El Comunero (chants de lutte de la
republique espagnole) [2]

RDV vendredi 28 février à 19h au 36 rue Roquelaine !
Participation libre mais nécessaire

Venez nombreux-ses !

UN TOIT C’EST UN DROIT !
—–

Aujourd’hui, dans le pays des Droits de l’Homme et à l’École de la
République, des enfants et leur famille mais aussi des étudiant-e-s,
vivent à la rue, sous tente, dans des squats, dans des gymnases ou dans
des hôtels!

Pourtant, la loi oblige l’État à héberger toute personne à la rue.
D’ailleurs la Préfecture de Haute-Garonne va à l’encontre de la
loi et ignore les injonctions du Tribunal Administratif à héberger des
personnes de manière pérenne et adaptée, prétextant un manque de
places.

A Toulouse, ce sont environ 4 200 personnes qui sont sans-logis malgré
les 23 000 logements vides et les 240 000m2 de bureaux de vides!

A cette violence sociale, s’ajoute un arrêté « Anti-bivouac » signé par
le maire de Toulouse en septembre 2019 qui, non seulement légitime les
expulsions des personnes vivant sous tente, mais en plus, facilite les
contrôles d’identité et les amendes !

Face à cette situation inacceptable, cinq familles à la rue, soutenues
par la campagne Un Toit Pour Apprendre (DAL31, RESF31, LDH31, FCPE31,
CGTeduc, SudEduc, collectifs d’écoles…) occupent depuis le vendredi
17 janvier les anciens locaux des Finances Publiques au 36 rue
Roquelaine pour demander :

– le relogement de toutes les familles occupantes dans des conditions
stables et appropriées aux différentes situations, compositions
familiales et aux lieux de scolarisation !

– la réquisition des logements et locaux vides et leur réhabilitation
pour d’autres familles et personnes à la rue !

– Plus largement le relogement pérenne et adapté de toutes les
familles dont les enfants sont scolarisés et de tous les étudiant-e-s
sans-logis, y compris les familles qui sont sur des dispositifs
d’urgence.

Parce qu’un seul enfant à la rue, c’est trop, parce que personne ne
doit étudier sans savoir où dormir chaque soir, n’acceptons plus
l’inacceptable et exigeons de nos institutions qu’elles appliquent la
loi et prennent leurs responsabilités !

Un Toit c’est un Droit !

Collectif Un Toit Pour Apprendre