Kurdistan; rassemblement contre l’État Turc sanguinaire

Publié le

Nous appelons à un rassemblement
le samedi 18 août 2018 à 18 heures au METRO JEAN JAURES 
concernant les massacres et les bombardements d’état Turc la région Sinjar (Shengal) au sud de Kurdistan.
Le 15 août 2018,  des avions de combat turcs ont bombardé la région de Sinjar, en tuant et blessant de nombreux Yézidis.
Nous condamnons fermement cette attaque odieuse et inhumaine de l’État turc.
Publicités

Exarcheia: rencontre avec des libertaires grecs, à Toulouse

Image Publié le

Affaire Benalla: appel à manifester

Publié le

DES BARBOUZES A L’ELYSEE : LE GOUVERNEMENT DOIT DÉMISSIONNER

Depuis l’identification d’Alexandre Benalla sur les vidéos des violences policières du 1er Mai dernier, pas un jour ne passe sans que la presse ne révèle un énième dossier sensible sur celui qui semble désormais être l’homme de main d’Emmanuel Macron. Salaire faramineux, chauffeur, voiture et appartement de fonction, brassard de police, port d’arme, habilité secret défense, les révélations sur les passe-droits et privilèges d’Alexandre Benalla, mis en examen pour violences en réunion, se sont accumulées sans que l’Élysée, qui le protégeait jusqu’alors, ne s’en émeuve.
> L’opposition parlementaire s’est saisie de cette affaire d’État, qualifiée de « crise de régime », en bloquant l’examen de la réforme constitutionnelle. Les deux chambres, Assemblée Nationale et Sénat, ont ainsi été forcées de créer des commissions d’enquête sur les faits du 1er mai. Dans ces commissions, préfets, haut-gradés de la police, ministres et directeurs de cabinet ont été entendus mais les versions se contredisent, les zones d’ombres prennent de l’ampleur et les mensonges commencent à se faire gros.
> Orgueilleux dans sa gestion des conflits, à la SNCF comme dans les universités mobilisées, Macron vient de vivre une grave crise politique et refuse d’en répondre. Pire, il laisse ses chargés de mission à l’Élysée tabasser les opposant-e-s politiques à ses réformes néolibérales et ce, en toute impunité. Non content d’attaquer un à un nos acquis sociaux, Macron, le président de la casse sociale, est aussi celui de l’autoritarisme et de l’immunité pour les miliciens ! Les violences policières ne seront jamais acceptables, qu’elles aient été exécutées avec une autorisation préfectorale ou non. Elles ne seront jamais tolérées un 1er mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs !
> Sortant d’un silence de cinq jours, Emmanuel Macron a enfin pris la parole devant les député-e-s de sa majorité le mardi 24 juillet au soir, déclarant « S’ils veulent un responsable, le responsable c’est moi et moi seul ! Qu’ils viennent me chercher ! ». Le lendemain, il s’est même dit fier d’avoir embauché Alexandre Benalla. Face à de tels propos prononcés publiquement, comment le chef de l’État échappe-t-il à une convocation devant les commissions d’enquête parlementaires ou devant les juges d’instruction ? Macron se sait intouchable et en joue, se refusant à sacrifier le moindre de ses collaborateurs qui pourrait servir de fusible. Or, tout porte à croire qu’Alexandre Benalla prenait ses ordres au plus haut de l’État. Emmanuel Macron est donc le fusible dans cette affaire et doit répondre de ses actes au peuple français.
> A l’initiative de l’UET, nous appelons à un rassemblement sur la Place du Capitole de

Toulouse, le samedi 28 juillet à 14h : le gouvernement doit s’expliquer ou démissionner !

AllonsChercherMacron

Kurdistan: appel à manifester

Publié le

Stop à l’invasion turque au Kurdistan
Les Kurdes se sont engagés dans une bataille difficile contre l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.
Cette organisation s’est attaquée non seulement aux Kurdes, mais aussi à la région dans son ensemble, en tentant d’y mettre en place un système salafiste. Cette tentative constitue une immense menace pour
les valeurs humaines, la diversité des croyances et les normes démocratiques. Dans la guerre contre
cette organisation, les Kurdes ont joué un rôle très important, ouvrant la voie à leur défaite finale au prix de nombreuses vies. Aujourd’hui, l’EI perd du terrain et sa capacité à menacer l’Occident, en particulier les pays de l’UE, a été considérablement réduite.
Cependant, le gouvernement de l’AKP, qui fut le complice de l’EI, n’est pas satisfait. Ayant réalisé qu’il ne pouvait pas neutraliser le mouvement de libération kurde avec l’aide de l’EI, l’Etat turc a lancé une attaque plus directe. Il vise maintenant à détruire tous les acquis et développements progressistes réalisés par les Kurdes dans le Sud et l’Ouest du Kurdistan, au nord de la Syrie et de l’Irak.
Les bombardements illégaux de l’Etat turc et l’invasion d’Afrin au nord de la Syrie
L’Etat turc a illégalement bombardé et envahi Afrin, une région à majorité kurde qui avait été une oasis de paix dans un pays déchiré par la guerre, un lieu de refuge et le bastion du projet de confédération démocratique. Cette invasion criminelle a provoqué des centaines de morts et une nouvelle vague de déplacements massifs. Plus alarmant encore, des indices suggèrent l’existence de plans de nettoyage
ethnique à grande échelle des Kurdes.
L’invasion potentielle par la Turquie du territoire kurde irakien
Il y a de plus en plus de signes d’une invasion imminente à grande échelle du territoire kurde irakien, y compris de la région montagneuse de Qandil, dans le nord de l’Irak, dans une volonté de continuer à encercler et à étouffer le seul lieu de liberté de la région. Les avions militaires turcs ont mené de nombreuses campagnes de bombardement dans les régions kurdes (Metina, Avasin, Zap, Basyan, Gare, Xakurk et Kandil) au Sud-Kurdistan (Irak) et ont tué de nombreux civils.
Les représentant.e.s du peuple kurde ont à plusieurs reprises exprimé leurs craintes et appelé tous les gouvernements et organisations internationales (l’ONU, l’OTAN, l’UE et la Ligue arabe) à empêcher les incursions de la Turquie et les violations par celle-ci de la souveraineté irakienne.
Il n’y a pas encore de réponse de la communauté internationale ce qui encourage l’Etat turc à multiplier ses incursions et à tenter de prendre le contrôle de la région en déployant des troupes supplémentaires et en établissant de nouvelles bases militaires (en plus des 18 bases déjà établies) et des avant-postes de renseignement dans la région. Alors que la gendarmerie turque participe à des défilés militaires dans les villages du district de Sidekan dans la province de Diyana, dans la région du gouvernorat de Hewler
(capitale du KRG), il est clair qu’ils traitent les terres occupées comme leur propre territoire.
Briser le silence contre l’invasion du Kurdistan par la Turquie
Nous appelons tous les organes concernés (partis politiques, organisations de défense des droits humains, syndicalistes et militants) à se tenir à nos côtés pour agir contre cette violation du droit international, condamner sans ambiguïté cette agression et exiger que la Turquie retire ses troupes du Kurdistan et cesse ses bombardements indiscriminés qui touchent les populations civiles.
Nous appelons tous les gouvernements et les organisations internationales (l’ONU, l’OTAN, l’UE et la Ligue arabe) ainsi que les peuples démocratiques du monde entier à s’opposer à cette agression turque.

Nous appelons à un rassemblement le samedi 28 juillet 2018 à 19 heures au METRO JEAN JAURES contre l’invasion de l’Etat Turc au Sud de Kurdistan et au ROJAVA.

CDK-F

16 rue d’Enghien 75010 Paris
0952510934 – info@cdkf.fr
www.cdkf.fr

Communiqué de la Case Santé

Publié le

DES FAMILLES AVEC DES PERSONNES MALADES A LA RUE.
LA JUSTICE QUI ORDONNE A LA PREFECTURE DE PROPOSER UN HEBERGEMENT.
LA PREFECTURE DECIDE DE NE PAS EXECUTER LES DECISIONS DE JUSTICE
Depuis plusieurs semaines les services préfectoraux mettent à la rue des familles qui étaient jusque-là mises à l’abri. Faut il rappeler que la loi prevoit que « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. » (Article L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles).
Pour deux familles suivies à la Case de Santé, la justice, saisie en référé, a enjoint la Préfecture de la Haute-Garonne par deux décsions du 13 juillet « d’indiquer […], dans un délai de vingt-quatre heures à compter de la notification de la présente ordonnance, un lieu d’hébergement d’urgence susceptible de les accueillir. » 
Cependant la Préfecture de la Haute-Garonne ne respecte pas ces décsions de Justice ! En effet, malgré ces injonctions du tribunal, la préfecture de la Haute-Garonne refuse toujours à ce jour de proposer un hébergement à ces familles.
Pour une de ces familles, ce sont les parents d’élèves et les professeurs de l’ecole des enfants (agées de 4, 9 et 11 ans), scandalisés par cette situation, qui se sont mobilisés en créant une caisse de solidarité qui a permis le maintien de l’hébergement jusque-là. Mais à partir de ce vendredi, il n’y aura plus suffisamment de moyens pour continuer.  Plusieurs membres de cette famille sont atteints de pathologies chroniques
L’autre famille occupe un garage qui leur a été prété. L’épouse est enceinte de 8 mois….
Au dela de non respect du droit à l’hébergement, il s’agit pour nous de situations de mise en danger de personnes particulierement vulnérables du fait de leur état de santé
Ces deux familles, et les autres familles dans la même situation, qui sont à la rue ou ont été remises à la rue au cours de ces dernières semaines,  doivent bénéficier d’un hébergement comme le prévoit la loi et comme l’exige la Justice.
La Case de Santé

Appelà mobilisation de la Conf

Publié le

Vous avez eu l’information avec la pétition envoyée début juillet, que vous avez pu signer et diffuser
Voici quelques compléments :
– une vidéo sur l’action du 26 juin :
– quelques précisions  sur la commercialisation de ces oeufs (l’une d’entre nous a émis l’idée d’un boycott. . .A voir par la Conf’) :
« Les œufs sont commercialisés (en partie) sous la marque Cocottin. Voir le site http://cocottin.com, avec des photos idylliques de poules plein air (20 000 poules « plein air industriel »; et 167 000 poules en cages actuellement! pour faire des œufs « standard »)Quand aux fientes, elles sont commercialisées sous la marque Galinapur (voir le site  http://www.galinapur.fr. Il semble que Arterris Aude ne le commercialise plus depuis la réunion publique du 09/04/2018… et que au moins un producteur, après avoir fait analyser le produit, ait arrêté de l’acheter… »

— une « Fête à ma poule » est organisée lundi 23 juillet, à LESCOUT (le village où se trouve cette « ferme-usine », entre REVEL-31 et CASTRES- 81)
Amitiés alternatives

La solidarité avec les kurdes continue

Publié le

Non à la collaboration des polices européennes avec l’État fasciste turc !
Ni extradition, ni emprisonnement : liberté pour les prisonniers révolutionnaires turcs et kurdes !

Le tortionnaire Erdogan installe de plus en plus ouvertement un régime fasciste en Turquie en criminalisant les progressistes, limogeant des milliers de fonctionnaires, emprisonnant des parlementaires d’opposition etc. Face à cette situation, les pays européens continuent de collaborer économiquement, militairement et judiciairement avec l’État turc, membre de l’OTAN.
Les polices d’Europe se retrouvent à faire le sale boulot de la dictature fasciste turque en interdisant des organisations (comme le Parti des Travailleurs du Kurdistan – PKK), en emprisonnant des militants et en les extradant vers la Turquie alors qu’ils savent qu’ils y subiront tortures et conditions de détention très dures.
Nous ne devons pas accepter cela !

Liberté pour Gülizar Taşdemir !

Gülizar Taşdemir est une militante féministe et progressiste qui a combattu pendant 27 ans dans la guérilla kurde. En 2015, elle s’est rendue en Norvège suite à des problèmes de santé. Elle avait fait une demande d’asile politique qui a été rejetée. Elle s’est donc rendue en Allemagne pour procéder à une nouvelle demande d’asile mais elle a été renvoyée en Norvège en vertu des accords de Dublin (la personne doit effectuer ses demandes dans le premier pays d’arrivée dans l’Union Européenne). Amnesty International, ainsi que d’autres organisations, ont déclaré que si Taşdemir devait être extradée vers la Turquie, elle serait certainement victime de tortures et ont souligné que sa santé était très mauvaise.
Le 4 juillet dernier, l’État norvégien a décidé de céder à la demande turque. Elle a été menottée et expulsée vers la Turquie dans un avion militaire. Depuis son arrivée, ni ses avocats ni sa famille n’ont pu la voir. Aujourd’hui, la vie de Gülizar est en danger !

Liberté pour Turgut Kaya et Hidir Gönek !

Turgut Kaya et Hidir Gönek sont deux militants révolutionnaires turcs réfugiés en Grèce. Ils ont été incarcérés durant le mois d’avril, pour répondre aux désirs de la Turquie. Celle-ci a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de ces deux militants, du fait de leur appartenance supposée au TKP/ML (Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste). Elle exige désormais leur extradition.
Depuis début juin et au péril de leurs vies, ils sont en grève de la faim pour exiger du gouvernement de Syriza qu’il n’obéisse pas aux désirs du régime fasciste turc et qu’il ne les extrade pas. Soutenons les dans leur combat !

Rassemblement de solidarité Jeudi 12 Juillet de 18H30 à 20H30 Métro Jean Jaurès – Toulouse