Mobilisation en Aveyron: l’Amassada

Publié le

Nous sommes extrêmement heureu.ses de vous inviter à la fête des 4 ans
de l’Amassada, qui se déroulera le samedi 19 janvier sur les belles
terres des plateaux aveyronnais.

Terres que nous ne voulons pas voir saccagées par des hectares de béton,
de lignes THT, de parcs éoliens ou photovoltaïques gigantesques, pleins
de l’hubris d’une civilisation qui s’effondre.

Depuis 4 ans nous défendons ces lieux et proposons une autre vision du
monde, proche du terrain, proche des gens qui y vivent, parce que seuls
rien n’est possible face à ce système toujours plus vorace et
destructeur.

Cette lutte est belle, car elle parie sur les forces du vivant contre
celles de la mort. Elle parie sur les communs, le partage et non sur
l’individualisme vide, la concurrence. Cette lutte vit aussi par celles
et ceux qui la nourissent, qui la font vivre, ici, ailleurs. Cette lutte
est solidaire et imbriquée dans les luttes territoriales, les luttes
écologistes et sociales qui partout en France et ailleurs s’organisent
contre le mensonge de ceux d’en haut.

Pour le programme des festivités:

– Dès l’après-midi : plantation d’arbres autour de l’Amassada

– En soirée : repas, bal folk et masqué, ensuite DJ électro boom

Et dimanche à 18H : projection de l’excellent documentaire ukrainien sur
la révolte de la place Mïdan : « Winter on Fire, Ukraine’s Fight For
Freedom » , de Evgeny Afineevsky, nomminé aux Oscars en 2016 et interdit
en Ukraine.

Pour se rendre à l’Amassada voir le blog douze.noblogs.org

et  https://douze.noblogs.org/files/2015/01/arriver__a_lAmassada.pdf

Venez masqués ohéohé!!!! et garez vous au village de Saint Victor,
passez par le stade et puis c’est indiqué (prévoir lampe de poche)

A samedi

PAS RES NOS ARRESTA

Publicités

Dis leur que j’existe – Une histoire sahraouie

Publié le

Du côté des sahraouies

Festival des Droits de l’homme

dis leur que jexiste

Documentaire de Manue Mosset – France – 2016 – 1h02

Dis-leur que j’existe trace le portrait de Naâma Asfari, juriste et militant indépendantiste sahraoui, condamné à 30 ans de prison par le Maroc ; et de sa femme, Claude Mangin, qui continue de mobiliser et de sensibiliser à la situation du Sahara Occidental, et au sort de son mari, dans l’espoir d’une libération ou au moins d’un nouveau procès juste et équitable…

Projection et rencontre avec Claude Mangin

Mercedi 23 janvier, à 21h, au cinéma le Cratère (Toulouse)

Jeudi 24 janvier, à 21h, au cinéma le Casino (Lavelanet)

Jeudi 31 janvier, à 19h, à la Bourse du travail (Tarbes)

Expulsion imminente au site occupé de St Victor (Aveyron)

Publié le Mis à jour le

Expulsion imminente au site occupé de St Victor (Aveyron)
La lutte contre le méga-transformateur a besoin que toutes les personnes
disponibles convergent au plus vite pour faire face. Le transfo, c’est 5
hectares de terres de terres cultivées qui seront converties en point
d’aiguillage pour la vente d’énergies renouvelables à l’international.
En même temps c’est tout le territoire local qui est envahi par des
promoteurs pour la construction d’éoliennes ou de photovoltaïque.
Ces constructions qui font partie du grand projet de la transition
énergétique vers du tout électrique en France n’ont rien à voir avec
quelque chose de propre ou de citoyen. Pendant que l’état et les
instances locales font passer cela pour des projets concertés auprès du
public, ce sont les gendarmes mobiles, des tonnes de paperasse et des
élus véreux qui vendent le territoire. Ici le parc naturel régional des
Grands Causses, ailleurs les multitudes de projets qui minent les
territoires.
Ce saccage n’est acceptable ni ici, ni ailleurs.
Voici l’appel du collectif Amassada :
Appel à converger sur Saint-Victor
Un huissier accompagné de gendarmes a délivré aux occupants de l’Amassada l’ordonnance  du TGI de Rodez : « ordonnons l’expulsion de tout occupant se trouvant irrégulièrement sur les dites parcelles et ce sous astreinte de 2000 euros par jour calendrier entamé par infraction constatée et par personne contrevenante ». Selon notre avocat cela présume une expulsion très rapide. En assemblée, ce soir, nous avons décidé d’appeler :
1. A converger dès maintenant sur l’Amassada car cette nouvelle façon de
gérer les luttes par l’amende doit être combattue en tant que telle.
Cette guerre psychologique est, semble-t-il, la nouvelle manière de
neutraliser les luttes territoriales et écologistes. Nous refusons de
nous y plier, c’est pour cela que nous serons au petit matin sur les
barricades. Garez vos voitures dans le village et montez à l’Amassada
masqué pour éviter les amendes.
2. A se retrouver, quoi qu’il arrive, mercredi 16/01 à  13h30 devant le
tribunal de Millau.
3. A se retrouver samedi 19/01 à 11h00 place la Poste à Saint-Affrique.
Ensuite nous fêterons comme prévu les quatre ans de l’Amassada en bal
masqué.
Il nous faut être nombreu.ses et mobilisé.es autour de l’Amassada, nous
appellons aussi les collectifs de soutien à se mobiliser pour des caisses
de solidarité, et à rester très vigilants quand au démarage des travaux,
face à cette attaque on apelle aussi chacun.e à agir chez soi par tous
les moyens jugés bons pour faire connaître ce qui se joue ici.

Amparo Poch, l’engagement d’une femme libre

Publié le

Voilà le sous-titrage d’une vidéo qui évoque la vie de Amparo Poch y Gascon.

Pour télécharger : https://uptobox.com/kv3uuv32qzz9 ou www.grosfichiers.com/IVLXlP5yz8Tvj (jusqu’au dim. 27 janvier 2019 à 16h44)

Pour voir : https://uptostream.com/kv3uuv32qzz9     ou  https://www.youtube.com/watch?v=PR9ao4CnB6I

Amparo Poch, l’engagement d’une femme libre

Réalisé par Jordi Algué

2018 -10 minutes

Version originale sous-titrée en français

Avec ce documentaire sommaire, le gouvernement de la Generalitat de Catalogne commémore les 50 ans du décès d’Amparo Poch.

À travers une exposition, diverses manifestations et ce documentaire, l’Institut Catalan des Femmes (ICD) met en valeur le parcours de cette médecin, journaliste et anarchoféministe, qui a consacré sa vie à l’amélioration de la santé et des droits humains de la femme, des travailleuses et des enfants.

Amparo Poch y Gascón (née en 1902 à Saragosse, morte en exil à Toulouse en 1968) est une doctoresse espagnole, militante féministe libertaire, pacifiste et anarchiste.

Elle est cofondatrice, avec Lucía Sánchez Saornil et Mercedes Comaposada Guillén, de l’organisation féminine libertaire « Mujeres Libres » et participe à la révolution sociale espagnole de 1936.

Elle est parmi les fondatrices de la revue « Mujeres Libres » et directrice de l’Assistance sociale au Ministère de la Santé et de l’Assistance sociale de Federica Montseny.

En décembre 1937, elle est responsable d’un lieu d’échange et d’éducation pour les femmes nommé « Casal de la Dona Treballadora ».

Durant l’exil, elle travaille à l’hôpital de Varsovie, à Toulouse, secourant des centaines de combattants républicains espagnols.

Elle a surtout écrit sur la maternité, faisant la promotion d’une approche anarchiste du parentage (partage parental).

réunion publique de soutien au peuple Brésilien

Publié le

Contre le fascisme, solidarité avec le peuple brésilien ! Soirée débat jeudi 10 janvier à 20h à Toulouse

L’élection de Bolsanaro à la présidence du Brésil est lourde de menaces. Le fascisme, la dictature militaire ne sont pas tombées aux oubliettes de l’histoire ! Mais l’extrême violence envers les femmes, les pauvres, les LGBTQI, la population noire, les sans-logis ou les sans-terre est bien antérieure. Tout comme les énormes inégalités et injustices sociales qui règnent dans ce pays.

Pour être efficace, notre solidarité doit reposer sur des éléments concrets. L’Union syndicale Solidaires organise une série de réunions publiques en France et dans d’autres pays européens, dans le cadre du Réseau syndical international de solidarité et de luttes avec Herbert Claros, secrétaire aux relations internationales de la Central sindical e popular Conlutas.

  • Toulouse, le 10 janvier : A 20h au local de Solidaires 31, 52 rue Babinet (Métro Mirail Université)
    .


Déjà le féminicide de TROP !

Publié le

Communiqué de presse des effronté-es / 6 janvier 2019

Premier féminicide 2019 : Déjà le féminicide de TROP !

Les effronté-es sont horrifiées de prendre connaissance du premier féminicide signalé de l’année 2019, qui a eu lieu ce matin. Comme souvent, il s’agit d’un assassinat barbare, clairement intentionnel, entraîné par plusieurs coups de couteau au thorax et au cou, que l’on ne saurait réduire à l’usuelle thèse du « coup accidentel de trop ».

La victime, à peine âgée de 29 ans, a été poignardée à mort par son conjoint à Toulouse, dans son appartement où dormait leur fillette de 6 ans, suite à “une violente dispute” liée à une éventuelle infidélité, nous dit-on. Il est inadmissible d’évoquer “dispute” et “assassinat” au sein d’un même article. Nulle dispute n’est censée se finir en bain de sang !

Les effronté-es sont indignées d’entendre l’expression « piste passionnelle » dans la bouche du Procureur de Toulouse, Dominique Alzeari. Nul n’enfonce plusieurs fois un couteau dans le corps d’une femme par passion. Ces expressions minimisent la gravité des assassinats de femmes par leurs conjoints ou ex. Il s’agit de violences patriarcales liées à une culture d’appropriation des femmes : ces tueurs passent le plus souvent à l’acte quand la victime décide de partir, ou quand elle a des rapports avec d’autres hommes.

La notion de « crime passionnel » a été abrogée du droit pénal en 1975. Héritée du code Napoléonien de 1810, elle servait à excuser les maris “trompés” assassins « sous l’emprise de la passion ». Non, les coupables de ces féminicides barbares ne sont pas des romantiques blessés ! La qualité de conjoint ou de concubin est même une circonstance aggravante. Il est urgent que cette expression cesse d’être utilisée par les médias, les juges ou le grand public.

Les effronté-es expriment toute leur solidarité à la famille de la victime et à l’enfant qui subira sans doute un traumatisme important. Nous réclamons un plan d’urgence contre les violences faites aux femmes. Le gouvernement est, malgré l’énorme mobilisation #NousToutes du 24 novembre 2018, très loin d’être à la hauteur des enjeux.

Monsieur le Président de la République, Madame la Secrétaire d’État chargée de l’égalité Femmes-hommes, que faites vous pour empêcher ces morts ?

Pourquoi les femmes ont-elles toujours peur d’aller porter plainte ? Pourquoi ne sont-elles pas toujours prises au sérieux quand elles le font ? Pourquoi les fonctionnaires d’État qui vous représentent ne sont-iels pas formé-es à recueillir leur parole dans les meilleures conditions ? Pourquoi tant de femmes rentrent-elles chez elles avec leurs agresseurs après leur dépôt de plainte ? Pourquoi les structures censées les accueillir sont-elles saturées ? Pourquoi les condamnations restent-elles légères voire inexistantes lorsqu’elles dénoncent des coups ? Pourquoi rien n’est fait pour protéger les enfants, témoins et/ou victimes, contre ces hommes violents ?

Le manque de moyens des territoires pour protéger ces femmes découlent de vos décisions politiques. Le sang est sur vos mains.

NOUS RÉCLAMONS :

  • Un milliard d’euros aux associations pour les femmes victimes de violences, pour des centres d’hébergement, des structures publiques pluridisciplinaires pour les accueillir, pour le remboursement à 100% de tous les soins (médecin, psychologue etc.)

  • De grandes campagnes nationales à l’initiative de l’État contre le sexisme.

  • Un programme d’éducation à l’égalité contre le sexisme, de la maternelle au supérieur.

  • Des formations annuelles de tou-tes les professionnel-les qui les accueillent : police, gendarmerie, magistrature, justice, inspection du travail, personnels de santé, médecins du travail, infirmier-es scolaires, etc.

  • La hausse du budget de la Justice.

  • Une loi contre le sexisme interdisant la publicité et les affiches sexistes.

http://leseffrontees.org/

 
Logo.png
Pour ne plus recevoir nos mails
puis dans la section : « Abonnés de Effrontees »
Entrez votre mail dans le champ de saisie appelé :
« Pour résilier votre abonnement de Effrontees, recevoir un rappel de votre mot de passe ou modifier vos options d’abonnement, entrez votre adresse courriel d’abonnement »

CAFÉMINISTE #13
 
Vous avez voté !
Le thème du prochain caféministe sera
 
« Féminisme et lutte des classes ! »
Toutes les infos :
 
 
 
 
Retrouvez-nous sur : Blog / facebook / twitter
Newsletter
des effronté·es
Adhérez aux effronté-e-s !
Association féministe et LGBT
« Les effronté
·es »

_______________________________________________
Effrontees mailing list
Effrontees@outils-conviviaux.fr
http://mailman.outils-conviviaux.fr:8081/cgi-bin/mailman/listinfo/effrontees


To unsubscribe: <mailto:al-federal-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists&gt;

_______________________________________________
Effrontees mailing list
Effrontees@outils-conviviaux.fr
http://mailman.outils-conviviaux.fr:8081/cgi-bin/mailman/listinfo/effrontees

 

 


 

  • ,
  • ou

 

 

Lieux de RDV gilets jaunes pour le Week-end

Publié le

DEUX POINTS DE RENDEZ-VOUS POUR LA MANIF DE SAMEDI :

9h – place Wilson (métro Jean Jaurès)

13h30 – square Charles de Gaulle (métro Capitole)

Dimanche 6 janvier, à 11 heures, une marche des femmes Gilets jaunes partira de la place Arnaud Bernard.
 Cortège de femmes derrière une banderole « Précarisées, discriminées, révoltées : les femmes en première ligne »

Le 7 janvier, à 20 heures, salle Barcelone (allées de Barcelone) à Toulouse, la Ligue des droits de l’Homme, ATTAC, l’université populaire et les amis du Monde Diplomatique organisent une table ronde sur la « répression du mouvement social »