Palestine: RASSEMBLEMENT SAMEDI 13 JANVIER à 15h à JEAN JAURES

Publié le

NON A L’ANNEXION D’ AL QUDS / JERUSALEM 

TRUMP et NETANYAHOU FAUTEURS DE GUERRE,

JERUSALEM N’EST PAS A VOUS !

 

RASSEMBLEMENT SAMEDI 13 JANVIER à 15h à JEAN JAURES

La décision unilatérale du président des USA de déplacer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem reconnaît de fait l’annexion de Jérusalem et son « unification » par l’état d’Israël. Seul Netanyahou l’approuve chaleureusement.

Il y a 70 ans, dans le cadre de sa politique du fait accompli, Israël s’est emparé de la partie ouest de la ville, et il y a 50 ans, il occupait Jérusalem-Est pour l’annexer et ensuite « l’unifier » pour la décréter sa « capitale éternelle, une et indivisible ». Au mépris des résolutions de l’ONU et en violation du droit international qui juge cette annexion illégale.

Les accords internationaux définissent Jérusalem-Est comme la partie palestinienne de Jérusalem, destinée à devenir la capitale du futur Etat de Palestine. Mais l’État d’Israël n’a jamais respecté – avec la complicité des USA et de l’Europe – aucune résolution de l’ONU et plus particulièrement celles concernant Jérusalem.

Ce n’est pas tout. Trump, dans la foulée, veut imposer aux Palestiniens, avec le soutien de l’Arabie Saoudite, le renoncement à leur capitale dans un « plan de paix » réservant quelques enclaves isolées les unes des autres et écrasant leurs droits, en particulier le droit au retour des réfugiés. 

Il faut arrêter Trump et Netanyahou. Pour cela, en dehors des déclarations, il ne faudra pas compter sur le président français. Il a reçu , lors de la journée des droits humains le 10 décembre à Paris, le premier ministre israélien. Qui bafoue quotidiennement le droit international et les droits humains. Qui emprisonne, sans charges et sans preuves, des centaines de Palestiniens, dont le franco-palestinien Salah Hamouri, et plus récemment les jeunes militantes Ahed et Nour Tamimi inculpées d’agression sur des soldats de l’armée occupante. Par ailleurs le gouvernement français lui même criminalise la campagne BDS et garde enfermé le prisonnier et militant de la cause palestinienne Georges Abdallah, alors qu’il est libérable depuis 1999.

Nous soutenons l’initiative «  Le temps de la Palestine » (http://www.letempsdelapalestine.fr/) lancée le 1er janvier pour promouvoir la connaissance culturelle de la Palestine et faire de 2018 l’année de la Palestine en France ».

Il est plus que temps que le monde, fasse concrètement pression sur Israël en soutenant la lutte des Palestiniens pour leurs droits et leur dignité. Il faut mettre fin au régime d’occupation, au colonialisme de peuplement et à l’apartheid israélien grâce à la résistance populaire et au mouvement international de Boycott – Désinvestissement -Sanctions. 

Solidarité avec la résistance du peuple palestinien

Premiers signataires: Association des Palestiniens de Toulouse, Association France Palestine Solidarité 31, Attac 31, Campagne BDS France-Toulouse, Collectif Coup pour Coup 31, CGT Educ’action31, Couserans-Palestine (09), La Voie démocratique France-Maroc, Comité 31 du Mouvement de la Paix, NPA 31, OCML-VP, PCF 31, Sud Ptt 31, Sud Santé Sociaux 31, Parti des Travailleurs (Tunisie), Union des EtudiantEs de Toulouse, Union Juive Française pour la Paix

 Alternative libertaire 31 s’associe au rassemblement
Publicités

APPEL A MANIFESTER pour la vérité et la justice, 5 ans après les assassinats de Sakine, Fidan et Leyla

Publié le

APPEL A MANIFESTER pour la vérité et la justice,
5 ans après les assassinats de Sakine, Fidan et Leyla

Samedi 13 janvier
Rassemblement au Monuments aux Morts à 15h30, à François Verdier
Puis début de la manifestation en direction de Jean Jaurès à 16h

Nous rejoindrons à 17h, à Jean Jaurès, La Marche Mondiale des Femmes Midi-Pyrénées qui rend hommage à Sakiné, Rojbîn et Leyla, ainsi qu’aux femmes militantes assassinées, femmes kurdes, femmes politiques, femmes en résistance assassinées dans le monde.
« Conseil Démocratique Kurde en France »

Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, situés au 147 rue La Fayette, à Paris.

L’enquête menée en France a révélé nombre d’indices faisant apparaître que le meurtrier présumé, Ömer Güney, arrêté quelques jours après le crime, avait agi pour le compte des services secrets turcs (MIT), comme le confirme le réquisitoire du Procureur de la République dans cette affaire : « de nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT dans l’instigation et la préparation des assassinats. »

Cependant, La mort d’Ömer Güney, le 17 décembre 2016, à un mois de son procès qui devait commencer à Paris, le 23 janvier 2017, nous prive d’un procès public qui aurait permis de juger non seulement l’exécutant, mais aussi, et surtout, le commanditaire, l’Etat turc !

Alors que l’instruction avait été bouclée en mai 2015, et alors que l’on avait connaissance des graves problèmes de santé de Güney, cela dès son arrestation, pourquoi le procès a-t-il été fixé à une date aussi lointaine ? En différant la tenue de ce procès, la France a manqué une occasion cruciale de juger, enfin, un crime politique commis sur son territoire ! Depuis les années 60, pas moins de 43 assassinats politiques ont été commis sur le sol français. Ils sont tous restés impunis !

Malgré les promesses faites par le Ministre de l’intérieur de l’époque, Manuel Valls, au lendemain des assassinats, les autorités politiques françaises n’ont jamais cherché à faire la lumière sur ce triple assassinat. Toujours soucieuses de préserver leurs relations avec la Turquie, elles n’ont même pas pris la peine de recevoir les familles des victimes, ni les représentants de la communauté kurde.

Et que dire du refus du gouvernement français de lever le secret-défense sur des renseignements qui auraient pu permettre la progression de l’enquête judiciaire ? Privés de ces renseignements, les juges chargés de l’instruction ont finalement clos le dossier sans avoir pu remonter jusqu’aux commanditaires qui sont pourtant connus.

Jusqu’à quand la France va-t-elle fermer les yeux sur la dérive du régime turc qui, non seulement, viole en permanence les règles d’un Etat de droit et celles de la démocratie locale, mais qui entend aussi sévir en Europe où il déploie ses agents chargés d’espionner et d’éliminer ses opposants ?

La mort du meurtrier présumé n’entame en rien notre détermination à lutter pour la vérité et la justice !

Le ou l’un des exécutants est mort, mais les commanditaires sont toujours vivants et libres !

5 ans après, le silence des autorités françaises est plus assourdissant que jamais.
Nous exigeons d’elles toute la lumière sur ces assassinats et, enfin, la justice!
_________________________

Premiers signataires: Conseil démocratique kurde en France (CDKF), Mouvement des Femmes Kurdes en Europe, Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK), Mouvement de la Paix (MdP), Marche Mondiale des Femmes (MMF), Amitiés Kurdes de Bretagne (AKB), Union des Etudiants kurdes en France (UEFK), Femmes Solidaires, Union des Femmes Socialistes (SKB), Association France-Kurdistan, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples (MRAP), Initiative pour un Confédéralisme démocratique, Solidaires, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

Samedi 13 janvier
Rassemblement au Monuments aux Morts à 15h30, à François Verdier
Puis début de la manifestation en direction de Jean Jaurès à 16h

Nous rejoindrons à 17h, à Jean Jaurès, La Marche Mondiale des Femmes Midi-Pyrénées qui rend hommage à Sakiné, Rojbîn et Leyla, ainsi qu’aux femmes militantes assassinées, femmes kurdes, femmes politiques, femmes en résistance assassinées dans le monde.
[« Conseil Démocratique Kurde en France »]

Appel à manifester samedi 13 janvier 2018, 16h

Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, situés au 147 rue La Fayette, à Paris.

L’enquête menée en France a révélé nombre d’indices faisant apparaître que le meurtrier présumé, Ömer Güney, arrêté quelques jours après le crime, avait agi pour le compte des services secrets turcs (MIT), comme le confirme le réquisitoire du Procureur de la République dans cette affaire : « de nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT dans l’instigation et la préparation des assassinats. »

Cependant, La mort d’Ömer Güney, le 17 décembre 2016, à un mois de son procès qui devait commencer à Paris, le 23 janvier 2017, nous prive d’un procès public qui aurait permis de juger non seulement l’exécutant, mais aussi, et surtout, le commanditaire, l’Etat turc !

Alors que l’instruction avait été bouclée en mai 2015, et alors que l’on avait connaissance des graves problèmes de santé de Güney, cela dès son arrestation, pourquoi le procès a-t-il été fixé à une date aussi lointaine ? En différant la tenue de ce procès, la France a manqué une occasion cruciale de juger, enfin, un crime politique commis sur son territoire ! Depuis les années 60, pas moins de 43 assassinats politiques ont été commis sur le sol français. Ils sont tous restés impunis !

Malgré les promesses faites par le Ministre de l’intérieur de l’époque, Manuel Valls, au lendemain des assassinats, les autorités politiques françaises n’ont jamais cherché à faire la lumière sur ce triple assassinat. Toujours soucieuses de préserver leurs relations avec la Turquie, elles n’ont même pas pris la peine de recevoir les familles des victimes, ni les représentants de la communauté kurde.

Et que dire du refus du gouvernement français de lever le secret-défense sur des renseignements qui auraient pu permettre la progression de l’enquête judiciaire ? Privés de ces renseignements, les juges chargés de l’instruction ont finalement clos le dossier sans avoir pu remonter jusqu’aux commanditaires qui sont pourtant connus.

Jusqu’à quand la France va-t-elle fermer les yeux sur la dérive du régime turc qui, non seulement, viole en permanence les règles d’un Etat de droit et celles de la démocratie locale, mais qui entend aussi sévir en Europe où il déploie ses agents chargés d’espionner et d’éliminer ses opposants ?

La mort du meurtrier présumé n’entame en rien notre détermination à lutter pour la vérité et la justice !

Le ou l’un des exécutants est mort, mais les commanditaires sont toujours vivants et libres !

5 ans après, le silence des autorités françaises est plus assourdissant que jamais.
Nous exigeons d’elles toute la lumière sur ces assassinats et, enfin, la justice!
_________________________

Premiers signataires: Conseil démocratique kurde en France (CDKF), Mouvement des Femmes Kurdes en Europe, Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK), Mouvement de la Paix (MdP), Marche Mondiale des Femmes (MMF), Amitiés Kurdes de Bretagne (AKB), Union des Etudiants kurdes en France (UEFK), Femmes Solidaires, Union des Femmes Socialistes (SKB), Association France-Kurdistan, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples (MRAP), Initiative pour un Confédéralisme démocratique, Solidaires, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

Conférence: Syrie-Palmyre

Publié le

Conférence: Syrie-« Palmyre, cité de la reine Zenobie: heurts et malheurs.

Mercredi 17 janvier à 19h
Espace Diversités Laïcité
38 rue d’Aubuisson
Toulouse

Deux lectures à la suite de la conférence :

Extrait du récit de Moustapha Khalifé : « La Coquille » par Samir Arabi

Extrait de témoignages de femmes syriennes emprisonnées dans les geôles de Bachar Al Assad, par Marie-Christine Lerat

Qui sommes-nous ?
Le Collectif Toulouse Syrie Solidarité
– soutient les populations civiles en Syrie et les associations qui luttent pour la liberté, la démocratie et le respect des droits humains dans leur pays.
– soutient des projets d’aide humanitaire menés par des associations laïques de la société civile à l’intérieur de la Syrie ou dans les camps de réfugiés.
– organise des événements culturels et des débats pour donner la parole à des citoyens et des acteurs culturels de la société civile, et favoriser les échanges interculturels.
– participe à l’accueil et à l’accompagnement des réfugiés syriens en lien avec les divers dispositifs existants dans la région.

http://toulousesyriesolidarite.blogspot.fr/
http://fr-fr.facebook.com/pages/Toulouse-Syrie-Solidarité/644478288939978
Syrie – PALMYRE – Mercredi 17 janvier 19h00 – ConférenceSyrie – PALMYRE – Mercredi 817 janvier 19h00 – Conférence

Initiative à Toulouse de la CNT SO

Publié le

Nos camarades d’HEMERA / Holiday Inn, sont en grève à Clichy (92) depuis
le 19 octobre. Nous multiplions les initiatives d’action et de
solidarité pour permettre à la grève de durer et de gagner. Nous
appelons nos adhérent-e-s et sympathisant-e-s à y participer activement.

Pour celles & ceux dans la région toulousaine, une initiative est
organisée conjointement samedi 30 décembre à Toulouse, par les grévistes
Holiday Inn et ceux du Mac Donald’s de Villefranche/Rouergue (12). Les
luttes se rejoignent, place du Capitole à 15h devant le CROWNE PLAZA, 7
Place du Capitole, pour un départ en manifestation et un retour au
Capitole pour un moment convivial et musical. Voir le programme en PJ et
l’évènement Facebook https://www.facebook.com/events/442362026182613/ (a
partager !)

– Pour le soutien à la caisse de grève et pour lire la revue de presse
sur le conflit, voir ici :
http://www.cnt-so.org/Greve-a-l-Holiday-Inn-Paris-Clichy.

La CNT Solidarité Ouvrière

Umoja, le village interdit aux hommes

Publié le

Ciné Palabres propose la projection du documentaire :
Umoja, le village interdit aux hommes,
en présence de Jean Crousillac, co-auteur du film, le vendredi 12 janvier à 19h30 à l’Espace des Diversités et de la Laïcité.

Nous vous y attendons toutes et tous.
Association Ciné Palabres
Entrée gratuite

Critique:
On peut regarder [ce documen‐taire] comme une allégorie de la condition féminine en Afrique.
[…]La communauté interdite auxhommes est aujourd’hui compo‐sée d’une cinquantaine de
femmes et cent trente enfants.
Elle est en bute à l’hostilité des hommes jaloux de leur nouvellecondition et de leur réussite matérielle.
Dans ce film, pas de commentaires, juste la parole brute desfemmes, de très belles images et, entre chaque séquence, des cartons qui, comme dans les vieux films muets, permettent de contextualiser l’histoire.
C’est éloquent, intéressant et émouvant.
Olivier Milot, Télérama

En 2003, Jean Crousillac, crée à Yaoundé, Cameroun, le premier salon international d’affaires pour les collectivités locales d’Afrique.
À l’occasion de l’édition kenyane de l’événement (2006), il offre une tribune à Rebbeca Lolosoli,
la matriarche de la communauté de femmes d’Umoja, cosignantparallèlement avec Jean‐Marc Sainclair le documentaire. Ce dernier a obtenu le FIPA d’argent « Grand Reportage et Faits de Société » et a été primé dans des festivals internationaux
(Reykjavik, Buenos Aires,Biarritz).
Il a produit et réalisé plusieurs reportages pour France Télévisions.
Ciné Palabres présente
Partenaire du festival Films Femmes Afrique de Dakar.
Rendez‐vous cinématographiques autour de l’histoire des femmes africaines et, plus généralement, de l’histoire des femmes.
Ciné Palabres veut contribuer à la lutte pour l’égalité femmes‐hommes, contre les discriminations, et développer un esprit de solidarité.
http://www.cinepalabres.fr

Noël à la Chapelle

Publié le

Noël des enfants perdus !
Comme chaque année, La Chapelle fête Noël… à sa manière !

L’idée est avant tout de permettre aux enfants perdus, seul·es, en famille, ou entre ami·es, de se retrouver, de partager un repas, de palabrer et de s’amuser lors d’un réveillon différent. La Chapelle sera ainsi un des rares lieux publics ouverts à Toulouse le soir du dimanche 24 décembre.

Samedi 16 décembre (de 14h30 à 19h) : Vente d’affiches de cinéma !

Comme l’année dernière à l’American Cosmograph, nous allons vendre des affiches de cinéma au profit de La Chapelle. Cette année, ça se passe à l’Utopia de Tournefeuille !

Plus de 200 films, plus de 500 affiches, en grand ou petit format, mais toujours à petit prix … vous trouverez forcément le cadeau pour votre petite-nièce, ou de quoi décorer votre appart’ …

Tous les bénéfices seront pour la pérennisation de La Chapelle : les travaux de mise aux normes devant commencer en 2018 ! Nous avons d’ailleurs relancer notre appel aux dons pour dépasser les 30 000 euros avant la fin de l’année …

Dans le hall du cinéma UTOPIA à Tournefeuille (1 allées des Sports ou impasse du Château – Ligne de BUS 65, arrêt « église de Tournefeuille » !).

LES PIEDS SUR TERRE – Un autre regard sur Notre-Dame-Des-Landes

Dimanche 17 décembre (10h00) : projection-débat « Les pieds sur terre »

La vente d’affiches se poursuit le dimanche et surtout, UTOPIA diffusera l’excellent documentaire « LES PIEDS SUR TERRE » qui parle du hameau du Limimbout sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes… La projection sera suivie d’une discussion avec les militant.es de La Chapelle !

Projection dès 10h à Utopia Tournefeuille – Entrée à 4€ – pré-vente possible à Utopia

Café-croissants dès 9h30 dans le hall du cinéma pour les lève-tôt !

Vendredi 22 décembre (18h) : Radio Libres Circulations

La Chapelle accueille la 3ème émission radio Libres Circulations, l’émission qui ouvre les frontières! Radio Libres Circulations ouvre le micro aux voix des migrant.es, des étrangè.res qui souhaitent témoigner de leur vécu, de leurs joies, de leurs problèmes, de leurs besoins et de leurs revendications.

Stands militants et infokiosk dès 16h | émission de 18h à 21h en direct et en public !

Entrée libre | http://www.canalsud.net | Auberge espagnole (chacun·e apporte à grignoter ou à boire et on partage !
Radio Libres Circulations – en direct sur http://www.canalsud.net ou 92.2 MHz

Dimanche 24 décembre (19h00) : Le Noël des Enfants Perdus !

Encore un beau réveillon à passer à la Chapelle. Le soir de Noël, la Chapelle ouvre ses portes à tout le monde : nous préparons le plat principal, apportez le reste pour le partager tous ensemble !

Ouverture des portes dès 18h30, mais vous pouvez venir plus tôt pour nous aider à préparer le plat, à décorer la salle, à installer les jeux, ou à sélectionner la musique !

Venez nombreuses·nombreux lors de tous ces évènements !

LA CHAPELLE

Lieu d’expérimentation sociale, politique, et culturelle depuis 1993 !
36 rue Danielle Casanova, 31000 Toulouse

Métro Canal du Midi (sortir côté Conseil Départemental)
http://www.atelierideal.lautre.net (programme complet)
http://www.lachapelletoulouse.fr (appel aux dons et infos sur la pérennisation)

______________________________ _________________